NOUVELLES
26/11/2012 05:57 EST | Actualisé 26/01/2013 05:12 EST

Les rebelles ont pratiquement coupé les routes reliant Raqa à Alep (ONG)

Les rebelles syriens, engagés dans une stratégie d'encerclement d'Alep (nord), ont pratiquement coupé lundi les routes venant de la province de Raqa, dans le nord-est de la Syrie, en prenant le contrôle d'un barrage stratégique sur l'Euphrate.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), les insurgés sont parvenus à s'emparer du barrage Techrine après plusieurs jours de combats et de siège, que l'armée a tenté de briser en menant des raids aériens.

"La prise du barrage de Techrine est très importante. Cela signifie qu'il n'y a pour l'armée quasiment plus de routes reliant Raqa et Alep. Il reste un petit chemin traversant aussi la rivière mais très difficile et très escarpé", a expliqué à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH, une organisation basée au Royaume-Uni et s'appuyant sur un réseau de militants et de médecins.

Selon lui, "la principale route venant de Raqa et passant par As-Saoura (sur l'Euphrate) est partagée entre rebelles et forces du régime, donc l'armée ne peut pas compter dessus. L'autre passant par Techrine était la dernière encore sous contrôle de l'armée, mais maintenant, elle ne peut plus l'utiliser".

Les rebelles poursuivent ainsi leur stratégie d'encerclement d'Alep, la grande métropole du nord théâtre de violents combats depuis juillet.

Pour envoyer des renforts vers Alep, il ne reste plus que la grande route venant de Damas, mais il faut contourner la ville de Maaret al-Noomane, contrôlée par les rebelles depuis près de deux mois.

"Il y a aussi une seconde route, une route militaire reliant Damas à Alep, mais elle est très difficile, et le trajet dure quatre fois plus longtemps que par l'autoroute normale", a déclaré M. Abdel Rahmane.

Une vidéo mise en ligne par des militants montre plusieurs dizaines de combattants en treillis marchant de nuit sur la route sur le barrage, tandis que l'un d'eux affirme: "Le barrage Techrine est sous le contrôle de l'Armée syrienne libre" (ASL, principale faction de l'opposition armée).

Dans une autre vidéo, tournée de jour, des rebelles sont installés dans une salle, devant un imposant tableau de contrôle, désignée par le caméraman comme "la salle de contrôle du barrage Techrine".

Ailleurs dans le pays, les troupes ont à nouveau bombardé lundi la région de Damas, tuant un garçon et une fillette d'une même famille à Erbine, selon l'OSDH. Des combats faisaient également rage dans des localités proches de la capitale.

Dans le sud, des combats ont éclaté le long de la ligne de cessez-le-feu dans le Golan, selon l'OSDH, qui a ajouté que deux rebelles avaient péri dans des villages de la zone démilitarisée sous contrôle syrien.

L'armée israélienne a signalé qu'un tir avait eu lieu dimanche soir près d'un véhicule militaire israélien circulant dans la partie du Golan occupée par Israël, sans faire ni victime ni dégât. Des échanges de tirs entre armées syrienne et israélienne ont récemment eu lieu sur le Golan, pour la première fois depuis quatre décennies.

Dimanche, les violences ont encore fait 119 morts en Syrie, dont près de la moitié à Damas et dans sa province, selon l'OSDH qui a recensé plus de 40.000 morts en 20 mois de violences en Syrie.

am/sk/sbh/fc