NOUVELLES
25/11/2012 10:09 EST | Actualisé 25/01/2013 05:12 EST

Les candidats à la direction courtisent l'aile jeunesse

Réunis en congrès à Saint-Lambert, sur la Rive-Sud de Montréal, les jeunes libéraux accueillaient dimanche les quatre candidats déclarés dans la course à la succession de Jean Charest.

Philippe Couillard, Raymond Bachand, Pierre Moreau et Jean David doivent se sont adressés aux militants et ont répondu à leurs questions.

Le président de la Commission jeunesse, Kevin-Alexandre Lavoie, avait encouragé les militants à interpeller les candidats. « Faites valoir vos idées, faites entendre vos revendications, les candidats seront en mode écoute », a-t-il dit en entrevue à Radio-Canada, avant les discours des candidats.

Ces rencontres étaient importantes et stratégiques pour les candidats puisque les 25 ans et moins constitueront le tiers des délégués au congrès à la direction en mars prochain.

Kevin-Alexandre Lavoie précise que l'exécutif laisse aux membres la liberté de choisir une des équipes de campagne s'ils le souhaitent. Du reste, plusieurs jeunes auraient déjà choisi leur camp et participent à la campagne de leur candidat. La Commission jeunesse ne prendra pas position pour l'un des prétendants à la direction.

La Commission a plusieurs points à l'ordre du jour de cette rencontre. « On va traiter d'équité intergénérationnelle, de l'administration du système de santé pour le rendre plus productif, plus efficient, de développement économique pour créer davantage d'emplois dans les prochaines années. On va discuter de dette pour s'attaquer à ce problème-là avec le défi démographique qui va être important pour les prochaines générations », a détaillé le président.

Les premières heures ont cependant ramené quelques mots durs prononcés par Raymond bachand sur Philippe Couillard. Monsieur Bachand a déclaré samedi que Philippe Couillard avait manqué d'élégance en 2007, en tentant un putsch contre Jean Charest.

Interpellé à ce sujet, Raymond Bachand a dit qu'il s'est expliqué avec son adversaire. Philippe Couillard a de son côté décrété qu'il n'a pas de rancoeur et que l'incident est clos.

Pierre Moreau a déclaré « qu'on est pas au Parti québécois ici et j'inviterais mes collègues à revenir à des débats d'idée. »