NOUVELLES
25/11/2012 02:01 EST | Actualisé 24/01/2013 05:12 EST

Israël: Le Likoud élit ses candidats députés pour les élections de janvier

Les 123.000 membres du Likoud, le parti de droite du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, votaient dimanche pour désigner leurs candidats à la députation en vue des élections anticipées du 22 janvier.

Le scrutin a été affecté par des incidents dans le système informatique ayant causé des retards importants, et sa clôture a été repoussée de 22H00 (20H00 GMT) à minuit (22H00 GMT).

Certains candidats ont carrément réclamé un report des primaires, à l'image du ministre de l'Education Gidéon Saar qui a qualifié ces incidents de "farce".

"La commission électorale du Likoud a décidé de laisser ouvertes les urnes pendant deux heures de plus à la suite de ces incidents", a fait savoir une porte-parole du Likoud, qui a précisé que "la commission étudiait encore la possibilité d'une journée de vote supplémentaire".

A peine un quart des électeurs avait voté six heures avant la clôture du scrutin, selon cette porte-parole.

La principale inconnue porte sur le score des candidats soutenus par le puissant lobby des colons au sein du Likoud. La semaine dernière, ce groupe avait diffusé un classement des candidats en fonction de leur opposition à la création d'un Etat palestinien.

Selon la radio militaire, M. Netanyahu a fait pression ces derniers jours sur ses partisans pour qu'ils barrent la route aux candidats trop extrémistes afin de pouvoir présenter une liste "modérée" qui n'effraie pas les électeurs centristes.

Le Premier ministre a choisi d'aller voter dans la colonie de Givat Zeev, près de Ramallah en Cisjordanie, en compagnie de son épouse Sarah. Grâce à un système informatisé, les membres du Likoud peuvent se rendre dans le bureau de vote de leur choix.

"J'appelle tous les membres du Likoud à participer à cette fête de la démocratie au sein du Likoud, un grand parti, qui va continuer à exercer le pouvoir dans les prochaines années", a affirmé M. Netanyahu aux journalistes.

Les résultats de cette primaire devraient être également influencés par l'impact de l'opération "Pilier de défense" contre les groupes armés palestiniens de Gaza, qui s'est achevée mercredi soir avec un cessez-le-feu sans qu'Israël ne mette à exécution ses menaces d'offensive terrestre.

Selon un sondage publié vendredi, 49% des Israéliens, dont une importante proportion de "Likoudniks", les sympathisants et adhérents du grand parti de la droite israélienne, estiment qu'il aurait fallu que l'armée poursuive son opération.

S'adressant à des soldats de la base aérienne de Palmahim, dans le sud d'Israël, M. Netanyahu a assuré: "si l'accalmie continue, nous répondrons par l'accalmie. Mais si elle est rompue, nous riposterons par la force".

Pour Emmanuel Navon, un universitaire franco-israélien qui se présente à ce scrutin, "le Premier ministre a fait preuve de responsabilité en prenant une décision impopulaire auprès de son électorat en signant ce cessez-le-feu, ce qui prouve qu'il n'a pas fait de choix électoraliste".

L'adversaire de M. Netanyahu au sein du parti, Moshé Feiglin, de l'aile dure du Likoud, a dit quant à lui comprendre "la déception justifiée des électeurs" mais a promis de "coopérer pleinement avec le Premier ministre" s'il était élu.

Selon certains sondages publiés vendredi, la liste conjointe Likoud/Israël Beiteinou, coalition formée par les partis de M. Netanyahu et celui du ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman, est créditée de 37 sièges, contre 43 dans une précédente enquête effectuée fin octobre et 42 dans la Knesset (Parlement) sortante.

La coalition actuellement au pouvoir --Likoud, Israël Beiteinou (ultra-nationaliste), religieux ultra-orthodoxes et nationalistes religieux-- conserverait toutefois une position dominante, avec 70 sièges sur 120 à la Knesset.

jlr-mib/gde/agr/hj