NOUVELLES
24/11/2012 12:52 EST | Actualisé 24/01/2013 05:12 EST

Tournées - L'Australie s'est fait peur en Italie

L'Australie a frôlé la défaite contre l'Italie (22-19), sombrant en seconde période après avoir mené 22-6 à la mi-temps, samedi en test-match à Florence.

Quinze jours après leur lourde défaite en France (33-6), les Wallabies ont gagné mais ont encore laissé voir des faiblesses, comme en mêlée, traditionnel point fort de l'Italie, où ils ont été malmenés. Si Luciano Orquera avait converti sa dernière pénalité, les "Azzurri" auraient obtenu le nul. Et sur la poussée finale, ils auraient même pu gagner.

A la sirène, l'arrière australien Berrick Barnes a préféré botter directement en touche. "Ca ne fait jamais plaisir de perdre mais ça montre qu'on a gagné le respect de ces équipes-là", a commenté le capitaine italien Sergio Parisse.

"Nous avons su gagner ce match", a rappelé le capitaine Nathan Sharpe, une semaine après avoir aussi battu l'Angleterre (20-14).

"Nous n'arrivons pas encore à tenir ce niveau tout un match, nous l'avons fait pendant 65 minutes contre les All Blacks (42-10), là pendant 45 minutes, a dit Jacques Brunel, l'entraîneur de l'Italie, mais nous sommes sur la bonne voie."

Deux mi-temps, deux visages

---------------------------

Dans un match à deux mi-temps entièrement différentes, trop de fautes italiennes ont d'abord vite donné l'avantage à l'Australie. Les "Azzurri" ont aussi concédé un essai sur une succession d'erreurs, laissant Nick Cummins arriver facilement dans l'en-but (19).

L'entraîneur des Wallabies, Robbie Deans, qui n'a sûrement pas consolidé sa position à l'issue de cette tournée d'automne, s'est simplement dit "satisfait. Nous avons réussi une grande première période".

Enfermés dans une lutte féroce en mêlée, les Italiens ont d'abord un peu oublié les préceptes joueurs de Brunel. Mais l'Italie est revenue métamorphosée à la reprise et a tout de suite marqué un essai par Robert Barbieri (41), exploitant un ballon que Michele Rizzo avait tapé comme un footballeur vers l'en-but.

Les Azzurri ont pris définitivement le dessus en mêlée et poussé les Wallabies à commettre à leur tour beaucoup de fautes. Ils auraient pu remporter ce match sur quelques actions très dangereuses, un coup de pied d'Orquera dans l'en-but (66) ou un ballon tombé par Manoa Vosawai sur une des dernières touches (75), avant qu'Orquera, épatant à l'ouverture, ne manque le 22-22 historique.

Si l'Italie a perdu une quinzième fois en quinze matches contre l'Australie, elle a fait trembler le colosse.

eba/jmt