NOUVELLES
23/11/2012 12:29 EST | Actualisé 23/01/2013 05:12 EST

USA: la folie consumériste du Black Friday donne le "la" des ventes de Noël

Des millions d'Américains sont partis à la chasse aux bonnes affaires du Black Friday, vendredi qui suit la fête de Thanksgiving et temps fort des achats de fin d'année, qui sera très surveillé cette année alors que l'économie redémarre doucement.

Dès 23H00 jeudi soir à New York, à peine la traditionnelle dinde de Thanksgiving finie, des dizaines de personnes faisaient la queue sur plusieurs pâtés de maison devant le magasin d'électronique Best Buy.

Phyllis Loges, 52 ans, attendait avec sa fille l'ouverture du magasin à minuit depuis déjà quatre heures. "Je veux acheter un home-cinéma avec télévision et système audio, ils l'annoncent à 1.500 dollars au lieu de 3.500 dollars environ", explique-t-elle.

Outre les chasseurs de bonnes affaires américains, le Black Friday fait aussi le bonheur des touristes.

A 07H00 du matin, Abdul Albudikhi, touriste saoudien de 22 ans, ressort du magasin de la cinquième avenue de la chaîne de vêtements Hollister les bras chargés de sacs. "J'ai acheté des jeans, des chaussures, un cadeau pour ma copine, un pour mon père, etc...", énumère-t-il.

Il a commencé son épopée "shopping" à minuit et n'a pas dormi depuis: "j'ai bu beaucoup de café", plaisante-t-il.

Le "vendredi noir" doit son surnom au fait que cette journée cruciale permet aux commerçants de faire passer leurs comptes du rouge vers le "noir", le territoire positif.

Depuis plusieurs années, la montée en force des ventes par internet, le démarrage des promotions avant le week-end de Thanksgiving et l'ouverture des magasins le jour même de cette fête familiale très respectée aux Etats-Unis font craindre "une perte de pertinence du Black Friday", estime Louis Banese, du site d'information financière Wall Street Daily.

Ce rush sur les soldes organisé par les magasins n'est pas du goût de tous les salariés du secteur. Des employés du géant américain de la distribution Walmart ont organisé vendredi des dizaines de grèves et manifestations pour réclamer de meilleures conditions de travail.

Alors que la fédération américaine du commerce (NRF) table sur une hausse de 4,1% sur un an des achats de Noël en magasins, le cabinet spécialisé dans l'internet Comscore table sur un bond de 15 à 18% de ces achats sur internet.

En outre, la NRF s'attend à moins de consommateurs cette année dans les magasins pour le week-end de Thanksgiving, y compris vendredi: 147 millions de personnes, en baisse de 3% sur un an.

"Bientôt, tout le monde ne s'intéressera plus qu'au Cyber Monday", le lundi qui suit le week-end de Thanksgiving, au cours duquel les ventes en ligne bondissent, estime M. Banese.

Une étude de l'émetteur de cartes de crédit American Express souligne que les Américains ont commencé plus tôt que d'ordinaire leurs courses de Noël cette année: 43% des sondés par Amex ont débuté leurs achats avant la fin octobre, contre 35% en 2011.

Amex s'attend à ce que les Américains dépensent plus sur l'ensemble de la saison des fêtes cette année, mais à ce qu'ils concentrent moins leurs achats sur la journée de vendredi.

Toutefois l'ouragan Sandy, qui a frappé le nord-est des Etats-Unis le 29 octobre et paralysé la région pendant plusieurs semaines, a déprimé les ventes de début novembre, relève le groupement de cartes bancaires Mastercard dans son étude "SpendingPulse".

Peter Morici, professeur d'économie à l'université du Maryland, juge que le Black Friday reste plus que jamais un temps fort pour la distribution.

"Les Américains restent prudents sur leurs dépenses. Si les chiffre du week-end ne sont pas bon, les ventes de Noël seront mauvaises", conclut-il.

ved/are/rap