NOUVELLES
23/11/2012 01:15 EST | Actualisé 23/01/2013 05:12 EST

Pétrole albertain: Joe Oliver heureux de l'ouverture de Pauline Marois

MONTRÉAL - Le ministre fédéral des Ressources naturelles, Joe Oliver, a dit vendredi trouver encourageant que la première ministre du Québec, Pauline Marois, fasse preuve d'ouverture par rapport à la proposition d'acheminer du pétrole albertain vers sa province.

Mme Marois et son homologue de l'Alberta, Alison Redford, ont indiqué jeudi qu'elles examineront les bénéfices économiques et les risques environnementaux associés au transport dans l'est du pays du pétrole produit à partir des sables bitumineux.

S'adressant à des journalistes après un discours à Montréal, le ministre Oliver a affirmé qu'il était heureux que Mme Marois ait amorcé le dialogue à ce sujet avec Mme Redford et d'autres leaders provinciaux lors du Conseil de la fédération à Halifax.

«Je crois que c'est très positif parce que selon nous, toute cette question du développement des ressources, qui est si importante pour la prospérité future du Canada, peut seulement être faite avec tous les niveaux de gouvernement. D'avoir ce type de dialogue ouvert est très constructif», a-t-il dit.

Selon le ministre, la proposition d'inverser le flux d'un pipeline d'Enbridge pour envoyer du pétrole vers le Québec créerait des emplois dans la province et pourrait se traduire par des économies à la pompe pour les consommateurs. Il a toutefois ajouté que c'était au Québec de prendre la décision.

Il a par ailleurs indiqué qu'il avait rencontré son homologue québécoise Martine Ouellet.

«Son gouvernement a un fort intérêt pour l'environnement et veut balancer les préoccupations environnementales avec le développement des ressources, tout comme nous. Je crois que nous aurons la possibilité de travailler ensemble sur plusieurs dossiers importants», a-t-il déclaré.

Le ministre québécois de l'Environnement, Daniel Breton, a déjà soulevé des inquiétudes par rapport à la proposition de la compagnie albertaine, disant craindre les déversements et assurant qu'il effectuerait une évaluation environnementale du projet.

L'Office national de l'énergie étudie actuellement le projet.

Aussi proposé par Enbridge, le projet d'oléoduc Northern Gateway, qui permettrait de transporter le pétrole albertain jusqu'à la côte britanno-colombienne, a provoqué des tensions dans l'Ouest canadien en raison de préoccupations économiques et environnementales.