NOUVELLES
23/11/2012 06:38 EST | Actualisé 23/01/2013 05:12 EST

Les Vikings comptent sur Adrian Peterson pour leur match contre les Bears

EDEN PRAIRIE, États-Unis - La dernière fois que les Vikings du Minnesota ont remporté un match face aux Bears à Chicago, une recrue a amassé 224 verges au sol et trois touchés.

Son nom était Adrian Peterson et il aimerait bien répéter cet exploit ce week-end.

«C'est une défensive efficace, mais j'ai l'impression qu'on peut courir contre elle. Nous devons simplement être patients, les frapper sans relâchement et varier nos jeux en attaque», a commenté Peterson vendredi après la séance d'entraînement.

C'est ce qu'ils ont fait le 14 octobre 2007, et ç'a débouché sur l'impressionnante performance-phare de la carrière de Peterson. Il n'était pas un illustre inconnu puisqu'il venait d'être sélectionné au septième rang du repêchage de cette année-là, mais les Vikings se fiaient surtout sur Chester Taylor et considéraient Peterson comme étant un réserviste, du moins jusqu'à ce fameux après-midi. Trois semaines plus tard, il a enchaîné avec 296 verges au sol contre les Chargers de San Diego — un record de la NFL.

«Nous savions ce dont il était capable car nous l'avions épié dans les rangs universitaires», a récemment rappelé le directeur général des Vikings Rick Spielman, se souvenant qu'il n'avait jamais hésité lorsqu'il a vu son nom glisser du sommet du tableau en raison d'une fracture à la clavicule encaissée la saison précédente à l'Université de l'Oklahoma. «La volonté de connaître du succès, la volonté d'être le meilleur et la volonté de remporter des championnats: toutes ces qualités sont ressorties lorsque nous l'avons interrogé», a ajouté Spielman.

Cinq ans plus tard, Peterson a déjà récupéré d'une grave blessure à un genou en connaissant une saison du tonnerre. Il a entamé cette semaine avec 1128 verges au sol, loin devant tous les autres porteurs de ballon du circuit.

«Personne ne l'a vu venir, et c'est ce qui rend Adrian si spécial et si unique, a convenu Spielman. Il s'est mis dans la tête de ne pas seulement revenir au jeu, mais d'être encore meilleur qu'avant sa blessure.»

Peterson a déclaré vendredi qu'il ne se rappelait pas en détails de cette arrivée avec fracas dans la NFL, sauf qu'il a presque perdu ses pantalons pendant un retour de botté d'envoi et, bien sûr, que les Vikings sont ressortis avec la victoire. Il est davantage porté à penser à la machine à revirements qu'est devenue la défense des Bears.

«Ç'avait été une grosse victoire pour nous. C'était une façon de faire mon entrée et de me faire un nom dans cette ligue. Mais ça fait quoi, cinq ans déjà? C'est une équipe complètement différente», a dit Peterson.

Les Vikings n'auront pas la tâche facile avec deux matchs à l'étranger contre les Bears et les Packers de Green Bay, les deux comeneurs de la section Nord de la Nationale. Mais ce calendrier leur offre l'opportunité de prendre les commandes de la section avec deux victoires.

«Ce match aura tellement d'impact sur notre équipe de football et ce que nous voulons accomplir en 2012. C'est ce qui le rend si important», a résumé l'entraîneur-chef des Vikings Leslie Frazier.