NOUVELLES
21/11/2012 01:29 EST | Actualisé 21/01/2013 05:12 EST

USA: Les demandes de prestations d'assurance-emploi ont reculé

WASHINGTON - Le nombre d'Américains ayant demandé des prestations d'assurance-emploi la semaine dernière est resté élevé pour une deuxième fois de suite, le passage de la tempête Sandy ayant forcé plusieurs personnes à recourir à une aide temporaire.

Le département du Travail a indiqué mercredi que le nombre de personnes ayant fait une première demande de prestations avait reculé de 41 000 depuis la semaine précédente, pour atteindre le niveau désaisonnalisé de 410 000. Cela n'efface qu'une partie de la forte hausse de la semaine précédente.

Il y a deux semaines, la tempête a fait grimper les demandes de 90 000 à 451 000, un sommet de 18 mois. Près de 44 000 personnes à New York et 31 000 autres au New Jersey ont demandé des prestations cette semaine-là, d'après les plus récentes données disponibles. Les demandeurs de prestations de la Pennsylvanie et du Connecticut ont aussi été plus nombreux en raison de la tempête.

Les travailleurs peuvent faire une demande de prestations si leur employeur est forcé de fermer et s'ils ne sont pas payés. Sandy pourrait faire en sorte que le nombre de demandes reste élevé pour encore une autre semaine, ont estimé des responsables du département.

La moyenne des quatre dernières semaines, une mesure moins volatile, a grimpé de 9500 à 396 250 demandes.

Avant la tempête, le nombre de demandes oscillait cette année entre 360 000 et 390 000. Pour la même période, les employeurs créaient en moyenne près de 157 000 emplois par mois, ce qui est à peine suffisant pour faire reculer le taux de chômage, qui était de 7,9 pour cent en octobre.

La tempête Sandy pourrait aussi ralentir la croissance du marché de l'emploi en novembre, ont estimé des économistes. Cela s'explique par le fait que le gouvernement calcule les gains mensuels de l'emploi en soustrayant les mises à pied et les démissions du nombre total d'embauches. En plus d'avoir entraîné une hausse temporaire du nombre de mises à pied, certaines entreprises ont probablement reporté des embauches en raison de la tempête.