NOUVELLES
21/11/2012 06:00 EST | Actualisé 21/01/2013 05:12 EST

Tunisie: hospitalisation de deux islamistes salafistes en grève de la faim

Deux islamistes placés en détention provisoire depuis l'attaque de l'ambassade américaine le 14 septembre ont été transférés à un hôpital de Tunis, a indiqué mercredi le ministère de la Justice, après la mort la semaine dernière de deux salafistes en grève de la faim.

Les deux détenus ont décidé de suspendre leur grève de la faim et d'être hospitalisés après un long entretien avec un représentant de la justice, a-t-on précisé dans un communiqué.

Appartenant à la mouvance salafiste, Hassen Ben Brik et Ali Trabelsi ont été arrêtés juste après l'attaque de l'ambassade des Etats-Unis à Tunis qui a fait quatre morts et des dizaines de blessés outre les dégâts matériaux.

Deux détenus salafistes Mohamed Bakhti et Béchir Gholli, accusés d'être impliqués dans cette affaire, sont morts la semaine dernière après près de deux mois d'une grève de la faim qu'ils observaient pour protester contre leur arrestation clamant leur innocence et dénonçant leurs conditions de détention.

Le décès de Bakhti est jugé particulièrement sensible, car il était considéré comme une figure de la mouvance jihadiste et comme un proche d'Abou Iyadh, l'organisateur présumé de l'attaque contre l'ambassade américaine, qui échappe toujours à la police.

Condamné en 2007 à 12 ans de prison après des affrontements sanglants entre l'armée et des islamistes à Soliman, près de Tunis, sous le régime du président Zine El Abidine Ben Ali, Mohamed Bakhti a bénéficié de l'amnistie décrétée après la révolution de 2011.

Abou Iyadh, libéré lui aussi à la faveur de cette amnistie, est pour sa part considéré comme l'un des dirigeants du groupe de Tunisiens proche des talibans afghans accusé d'avoir organisé l'attentat ayant tué le commandant Massoud le 9 septembre 2001.

kl/feb