NOUVELLES
21/11/2012 11:41 EST | Actualisé 21/01/2013 05:12 EST

RDC: exécutions sommaires par les rebelles, en route vers une base de l'armée (ONU)

Les rebelles en République démocratique du Congo, qui ont pris mardi la ville stratégique de Goma, procèdent à des "exécutions sommaires" et s'approchent d'une base de l'armée régulière dans l'est, a rapporté mercredi l'émissaire de l'ONU pour ce pays.

Les rebelles de l'organisation M23 ont "élargi" leur liste de revendications et réalisent des "avancées offensives" vers une base de l'armée régulière située à Sake dans la province du Nord-Kivu (est), a précisé le patron de la mission de l'ONU en RDC (Monusco), Roger Meece.

Les rebelles cherchent à établir une "structure formelle de gouvernement et d'administration", a indiqué M. Meece devant le Conseil de sécurité des Nations unies.

"Nous avons reçu plusieurs compte-rendus qui font état d'exécutions sommaires visant tous ceux qui se trouvent en travers de la route (des rebelles), y compris des responsables gouvernementaux et des chefs traditionnels qui s'opposent ou échouent à coopérer avec" le M23, a détaillé M. Meece.

Le patron de la Monusco s'est en outre dit inquiet d'un possible élargissement des manifestations qui se développent depuis mardi contre le gouvernement ou les forces de l'ONU sur place, accusées de n'être pas intervenues pour défendre Goma.

Les rebelles du M23 ont exigé mercredi le départ du pouvoir du président de la RDC Joseph Kabila, affirmant qu'ils allaient marcher jusqu'à Kinshasa.

M. Kabila a retrouvé mardi soir soir en Ouganda les présidents rwandais Paul Kagame et ougandais Yoweri Museveni. Ces deux derniers sont accusés par Kinshasa et les Nations unies d'appuyer les rebelles, ce qu'ils nient fermement.

A l'issue de leur réunion, les trois présidents ont exigé mercredi à Kampala des rebelles congolais du M23 qu'ils se retirent de Goma.

Mardi soir, le Conseil de sécurité de l'ONU avait voté à l'unanimité une résolution appelant à des sanctions contre deux chefs du M23, Innocent Kaina et Baudouin Ngaruye.

Les militants du M23, conduits par au moins un criminel de guerre recherché, ont lancé leur rebellion en avril.

tw/are/bdx