NOUVELLES
21/11/2012 09:47 EST | Actualisé 21/01/2013 05:12 EST

Le pétrole rebondit, porté par l'escalade des tensions au Proche-Orient

Les prix du pétrole rebondissaient mercredi à New York, l'absence de trêve au Proche-Orient favorisant une nouvelle hausse de la prime de risque sur le marché du brut avant la sortie des stocks pétroliers américains.

Vers 14H25 GMT, le baril de référence pour livraison en janvier gagnait 77 cents à 87,52 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

Les cours du pétrole, qui s'étaient inclinés mardi alors qu'une trêve entre Israël et les Palestiniens semblait se dessiner, repartaient en hausse mercredi après une explosion dans un bus à Tel Aviv, les raids aériens israéliens sur Gaza se poursuivant.

"On avait l'impression hier qu'une trêve pouvait intervenir à tout moment mais l'explosion dans un bus à Tel Aviv a provoqué une hausse des tensions. Le conflit dans la région est en pleine escalade", a commenté Robert Yawger, de Mizuho Securities.

Or, "cela suffit à soutenir le marché du brut" en dépit des inquiétudes actuelles pour la demande mondiale, car ces incertitudes alimentent des craintes pour l'approvisionnement en brut en provenance de la région.

Par ailleurs, peu avant la publication des chiffres hebdomadaires de réserves de brut aux Etats-Unis du Département de l'Energie américain (DoE), "les chiffres de (l'association professionnelle américaine) API ont participé au rebond des prix", a estimé Phil Flynn, de Price Futures Group.

L'API a fait état mardi soir d'une baisse inattendue de 1,9 million de barils des stocks de brut américains sur la semaine achevée le 16 novembre, ainsi que de la forte chute, également inattendue, de 4,8 millions de barils des réserves d'essence, et le repli plus fort que prévu, de 4,4 millions de barils des stocks de produits distillés (dont le gazole et le fioul de chauffage), très surveillés à l'approche de l'hiver.

Selon les analystes interrogés par l'agence Dow Jones Newswires, le DoE devrait annoncer au contraire une hausse de 800.000 barils des stocks de brut au cours de la semaine dernière, ainsi que d'une augmentation de 1 million de barils des stocks d'essence et d'un recul de 800.000 barils des réserves de distillés.

ppa/sl/bdx