NOUVELLES
21/11/2012 06:37 EST | Actualisé 21/01/2013 05:12 EST

Le gouvernement bolivien exclut la catégorie «métis» de son recensement

LA PAZ, Bolivie - Le premier recensement à avoir lieu en Bolivie depuis plus d'une décennie a été marqué mercredi par une dispute sur l'appartenance ethnique.

La controverse découle de la décision du gouvernement d'Evo Morales, le premier indigène à être élu président, de ne pas inclure la catégorie «métis» dans le questionnaire.

Cette omission aurait pu passer inaperçue si les Boliviens n'avaient pas eu la possibilité de se déclarer membres de l'un des 40 groupes ethniques du pays.

Les détracteurs de M. Morales l'ont aussitôt accusé d'avoir eu peur que les gens ne cochent «métis» sur le formulaire afin de ne pas être associés à un groupe en particulier, ce qui aurait automatiquement miné la légitimité de son gouvernement.

Selon Victor Hugo Cardenas, un ancien vice-président de la Bolivie, Evo Morales veut présenter le pays comme une nation indigène et si les métis s'étaient révélés majoritaires au sein de la population bolivienne, cela aurait sabordé son plan.

Plus de 60 pour cent des Boliviens sont d'origine indigène et le président, un Aymara ayant grandi dans la pauvreté avant de devenir le chef d'un syndicat de cultivateurs de coca, bénéficie de l'appui des Aymara et des Quechua, les deux principaux groupes ethniques basés dans la zone montagneuse de la Bolivie.

Le gouvernement Morales a réécrit la constitution afin de donner aux indigènes l'autonomie politique, qualifiant la Bolivie d'«État multinational».

Le ministre de l'Intérieur, Carlos Romero, a affirmé que les résultats du recensement de mercredi aideraient le gouvernement à bâtir un tel État. Il a aussi souligné que les gens qui ne voulaient pas signifier leur appartenance à un groupe pouvaient simplement indiquer «Bolivien» sur le formulaire.

Les quelque 10 millions d'habitants de la Bolivie devaient rester à la maison pour participer au recensement. Environ deux millions de Boliviens vivent à l'étranger, principalement en Argentine, en Espagne, aux États-Unis et au Brésil.