NOUVELLES
21/11/2012 09:52 EST | Actualisé 21/01/2013 05:12 EST

Le général Allen, visé par une enquête, a repris ses fonctions à Kaboul

Le général américain John Allen, visé par une enquête du Pentagone pour une correspondance jugée "déplacée" avec une femme, est rentré mercredi à Kaboul pour reprendre ses fonctions à la tête de le coalition internationale en Afghanistan, a affirmé son porte-parole.

"Il est rentré aujourd'hui", a affirmé à l'AFP le major David Nevers.

Le général Allen était à Washington pour être auditionné par une commission du Sénat en vue de sa confirmation comme prochain commandant suprême des forces alliées en Europe (Saceur) lorsque le secrétaire à la Défense Leon Panetta a annoncé le 13 novembre qu'une enquête administrative était ouverte à son encontre.

Le temps de l'enquête, sa nomination comme Saceur a été suspendue mais il conserve ses fonctions à la tête des 37.000 militaires de l'Otan et 66.000 Américains en Afghanistan.

Le général Allen, qui a indiqué qu'il entendait "coopérer pleinement" à l'enquête, est soupçonné d'avoir échangé de nombreux courriers électroniques "déplacés" et confinant au flirt avec Jill Kelley, une femme de 37 ans habitant Tampa (Floride, sud-est).

Il s'est retrouvé pris dans le scandale ayant coûté son poste au directeur de la CIA David Petraeus, qui a reconnu une liaison extraconjugale avec sa biographe, Paula Broadwell.

C'est en enquêtant sur des courriels anonymes de menace, envoyés par Mme Broadwell à Jill Kelley, que le FBI a découvert que cette dernière, également amie du couple Petraeus, entretenait une importante correspondance par voie électronique avec le général Allen.

Avant d'être basé en Afghanistan, John Allen était le numéro deux du Centcom, le commandement américain chargé du Moyen Orient et du Sud-Ouest asiatique et dont le siège est à Tampa (Floride). Habitant Tampa, Jill Kelley y organise des soirées mondaines avec la haute hiérarchie militaire.

mra-ddl/are