NOUVELLES
21/11/2012 05:33 EST | Actualisé 21/01/2013 05:12 EST

La Russie pressée d'agir contre les hooligans avant le Mondial-2018

La Russie examine de nouvelles mesures pour lutter contre les violences des supporteurs de football qui se multiplient dans les stades, mais des experts estiment qu'il est urgent de s'inspirer de l'Angleterre pour lutter contre le hooliganisme avant le Mondial-2018.

La blessure du gardien du Dynamo Moscou, touché au visage par un pétard lancé d'une tribune d'un stade samedi, a suscité une onde de choc en Russie, au point que le Premier ministre Dmitri Medvedev est intervenu en demandant aux députés de renforcer la législation sanctionnant les actes de hooliganisme.

Au cours d'une réunion extraordinaire mardi, la Première Ligue russe a proposé de durcir la réglementation en exigeant que les clubs soient désormais responsables de la vente des billets à leurs supporteurs, à domicile comme en déplacement, et de leur comportement avant, pendant et après les matches.

Les clubs doivent aussi exiger systématiquement des sanctions pénales pour les supporteurs à l'origine de tout débordement, a insisté la Ligue dans une série de propositions qui seront adressées à la Fédération russe de football en vue de leur approbation "le plus rapidement possible".

Lors d'un match de la 16e journée de Championnat samedi dans la banlieue de Moscou, le Dynamo menait 1 à 0 contre le champion sortant, le Zenit Saint-Pétersbourg, quand un pétard jeté sur la pelouse depuis la tribune des supporteurs du Zenit a blessé au visage le gardien du Dynamo, Anton Shunin.

Le match a été arrêté par l'arbitre à la 36e minute et des dizaines de supporteurs du Zenit -- club le plus riche du pays, propriété du géant gazier Gazprom -- ont été interpellés par la police, mais le coupable n'a toujours pas été identifié.

La commission de discipline de la Ligue doit se réunir jeudi pour prendre une décision à la suite de cet incident.

"Une occasion unique pour résoudre ces problèmes"

------------------------------------------------

Si la blessure infligée par le pétard a été largement médiatisée, les incidents dans les stades et les bagarres de supporteurs se multiplient en Russie ces dernières années.

Mardi soir, la police a interpellé à Moscou 60 supporteurs du club Lokomotiv, équipés pour certains de couteau et de gants de boxe, se dirigeant vers le stade Loujniki apparemment pour s'en prendre à des supporteurs du club rival Spartak qui affrontait Barcelone en Ligue des champions.

Très souvent, les fans entrent au stade avec des pétards et des fumigènes malgré l'interdiction, en raison du laxisme et du manque de coordination en matière de sécurité, observent des experts.

"Les règles d'accès aux tribunes sont différentes dans chaque ville, nous devons harmoniser cela", a déclaré le ministre des Sports, Vitali Moutko.

En Russie, les stades n'appartiennent pas aux clubs mais aux communes, "c'est la raison pour laquelle les clubs ne sont pas responsables de la sécurité" assurée par la police, explique à l'AFP Alexandre Kobeliatski, rédacteur en chef adjoint du site sport-box.ru.

Il recommande à la Russie de s'inspirer des méthodes adoptées en Angleterre où l'entrée dans les stades est strictement réglementée et où les contrôles sont effectués par des stadiers (stewards) bien formés.

Pour cela, "il faut une volonté commune", dit-il en citant l'exemple anglais de collaboration entre l'Etat, la police et les clubs pour lutter contre le hooliganisme.

"En Russie, il n'y a pas de stratégie commune", dit-il.

De plus, "il est indispensable d'introduire la vente de billets nominative et de revoir le système de vidéosurveillance qui ne fonctionne pas bien", estime M. Kobeliatski.

En vue du Mondial-2018 en Russie, "il est grand temps de prendre des mesures. Car si nous avons de tels problèmes de hooliganisme, la situation pourrait être très inquiétante", dit-il.

Le Mondial-2018 est "une occasion unique pour résoudre ces problèmes en se servant des expériences de l'étranger", a estimé le ministre des Sports.

bfi-or/nm/chc