Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

La relance de la Davie affectera les entreprises de Chaudière-Appalaches

La relance de la Davie causera des maux de tête à plusieurs dirigeants de petites et moyennes entreprises de la région de Chaudière-Appalaches qui craignent de perdre leur main-d'oeuvre qualifiée, en particulier des soudeurs.

Le nouveau propriétaire du chantier de Lévis, Zafiro Marine, aura besoin de plusieurs centaines de travailleurs spécialisés pour construire les navires.

Les salaires joueront un rôle important pour attirer cette main-d'oeuvre au chantier de Lévis. Cette situation aura comme conséquence de priver certaines entreprises de la région de plusieurs employés qualifiés.

Avant même le début de la construction de bateaux, le recrutement de soudeurs est déjà difficile dans Chaudière-Appalaches, où le taux de chômage est passé sous la barre des 4 %.

À Saint-Agapit, le directeur général de Soudure J.M. Chantal Ghislain Bergeron, soutient qu'il est difficile de rivaliser avec un chantier qui emploiera 700 travailleurs. « C'est sûr que les salaires qui vont se payer à la MIL Davie versus les salaires que les moyennes entreprises vont pouvoir payer ne peuvent pas concurrencer », a-t-il affirmé avant d'ajouter que les entreprises doivent composer avec cette situation.

En attendant la reprise des activités au chantier, la ministre du Travail et de l'Emploi, Agnès Maltais, affirme qu'Emploi-Québec aidera à recruter et former la main-d'oeuvre qui travaillera pour le nouveau propriétaire de la Davie, Zafiro Marine. Ce dernier se spécialise dans la construction de navires pour le secteur de l'exploitation pétrolière en haute mer.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.