Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

La croissance des frais de transport ferroviaire de biens pourrait ralentir

MONTRÉAL - Les clients des transporteurs ferroviaires estiment que le coût du transport de biens en Amérique du Nord augmentera en 2013, mais à un rythme moins élevé que lors des récentes années en raison du ralentissement persistant de l'économie.

Un sondage mené par RBC Marchés des capitaux (TSX:RY) auprès de 74 importants clients du secteur ferroviaire canadien permet d'apprendre que 72 pour cent d'entre eux s'attendent à des prix plus élevés l'an prochain, 39 pour cent prévoyant des hausses d'un à trois pour cent.

Après deux ans de prévisions de hausses accélérées, le pourcentage de clients estimant que les coûts augmenteront de quatre pour cent a diminué de moitié, à 32 pour cent. Seulement trois pour cent s'attendent à une baisse des prix.

Selon l'analyste Walter Spracklin, de RBC Marchés des capitaux, ces prévisions reflètent les préoccupations de la clientèle par rapport à l'état de l'économie.

Les attentes de coûts plus élevés sont une chose positive pour les transporteurs ferroviaires tels que le Canadien National (TSX:CN) et le Canadien Pacifique (TSX:CP) car cela signifie que les prix devraient augmenter à un rythme plus élevé que l'inflation, a écrit M. Spracklin dans un rapport rendu public mercredi.

Les expéditeurs font preuve de prudence quant à la quantité de biens qui seront transportés en 2013, prévoyant une croissance allant de nulle à modeste, dans le meilleur des cas.

Près de 40 pour cent ne prévoient aucune croissance et 36 pour cent s'attendent à une augmentation d'un à cinq pour cent des volumes transportés. Néanmoins, peu de clients s'attendent à une diminution des volumes expédiés.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.