NOUVELLES
21/11/2012 05:38 EST | Actualisé 21/01/2013 05:12 EST

Israël et le Hamas décrètent un cessez-le-feu

LE CAIRE, Égypte - Israël et le Hamas ont conclu un cessez-le-feu, mercredi, afin de mettre un terme aux affrontements les plus violents à survenir dans cette région depuis quatre ans. L'entente marquera la fin des attaques et mènera éventuellement à l'assouplissement du blocus israélien contre la bande de Gaza.

Le ministre égyptien des Affaires étrangères, Mohammed Kamel Amr, a déclaré que l'accord entrait en vigueur mercredi soir à 21 h, heure locale, après plusieurs jours de négociations auxquelles ont participé les plus grands diplomates de la communauté internationale. La secrétaire d'État américaine, Hillary Clinton, était aux côtés de M. Amr, mercredi, alors qu'il annonçait la nouvelle dans le cadre d'une conférence de presse au Caire.

Selon Mme Clinton, l'entente permettra d'améliorer les conditions de vie des habitants de Gaza tout en assurant la sécurité de la population de l'État hébreu. En Israël, le cabinet du premier ministre israélien a indiqué que Benyamin Nétanyahou avait accepté le cessez-le-feu après avoir consulté le président des États-Unis, Barack Obama.

Les deux dirigeants ont aussi convenu de collaborer pour lutter contre le trafic d'armes à Gaza, une nouvelle qui a été confirmée par la Maison-Blanche. M. Nétanyahou a cependant ajouté qu'il ne fermait pas la porte à une offensive terrestre si le besoin s'en faisait sentir.

«Je sais qu'il y a des citoyens qui s'attendaient à une opération militaire plus importante et cela pourrait se produire si nécessaire. Mais je pense que, pour le moment, la bonne chose à faire pour Israël est de saisir cette occasion de conclure un cessez-le-feu durable», a-t-il déclaré.

D'après une copie de l'entente obtenue par l'Associated Press, Israël et le Hamas ont accepté de mettre immédiatement fin aux violences. L'État hébreu promet d'arrêter ses frappes aériennes et de ne plus exécuter les militants recherchés du Hamas, alors que le groupe islamiste jure de cesser les tirs de roquettes et ses tentatives pour s'aventurer de l'autre côté de la frontière depuis Gaza.

Au terme d'une période d'accalmie de 24 heures, Israël adoucira le blocus qu'il impose à la bande de Gaza, notamment en rouvrant les points de passage et en facilitant la circulation des personnes et des biens. Les représentants du Hamas ont précisé que les détails concernant cet aspect de l'accord devront être négociés.

Le blocus est en place depuis que le Hamas a pris le pouvoir à Gaza en 2007, même si l'État hébreu a progressivement supprimé plusieurs de ses restrictions.

Ce cessez-le-feu constitue par ailleurs une réussite pour le nouveau gouvernement islamiste de l'Égypte, qui est coincé entre ses liens avec le Hamas et la nécessité de maintenir de bonnes relations avec Israël et les États-Unis. En vertu de l'entente, Le Caire jouera d'ailleurs un rôle essentiel dans le maintien de la paix.

Israël avait lancé son offensive contre Gaza la semaine dernière afin de stopper les tirs de roquettes effectués depuis des mois par les militants du Hamas en direction de son territoire. Quelques minutes avant l'entrée en vigueur de l'accord, mercredi soir, les deux adversaires ont mené une dernière série de tirs et de frappes aériennes. L'un des bombardements israéliens a tué un homme à Gaza.

Après 21 h, les frappes israéliennes ont cessé, mais une douzaine de roquettes ont été lancées dans l'heure qui a suivi le début de la trêve, d'après la police israélienne. Les autorités de l'État hébreu ont indiqué qu'elles prévoyaient fermer les écoles dans le sud du pays ce jeudi, par mesure de précaution. Les tirs de roquettes ne semblaient pas compromettre le cessez-le-feu.

Depuis le début des hostilités le 14 novembre, Israël a mené plus de 1500 frappes aériennes et autres attaques contre des cibles à Gaza, alors que plus de 1000 roquettes se sont écrasées en sol israélien. Au total, 161 Palestiniens — dont des dizaines de civils — et cinq Israéliens ont été tués.