NOUVELLES
21/11/2012 07:49 EST | Actualisé 21/01/2013 05:12 EST

Dix-sept blessés dans un attentat visant un autobus à Tel-Aviv

Une explosion dans un bus près du ministère de la Défense à Tel-Aviv a fait au moins 17 blessés mercredi, a annoncé le service d'ambulances israélien, le gouvernement parlant d'une "attaque terroriste", alors que les hostilités entre Israël et le Hamas se poursuivent à Gaza.

Il s'agit du premier attentat à la bombe commis en Israël depuis mars 2011.

"Une bombe a explosé dans un bus dans le centre de Tel-Aviv. C'est une attaque terroriste", a affirmé un porte-parole du gouvernement.

L'explosion a eu lieu à bord d'un autobus de la Compagnie Dan qui reliait les localités de Atidim et Bat-Yam, toutes deux situées en périphérie de Tel-Aviv.

Un passager a affirmé à la radio publique avoir vu, juste avant la déflagration, un homme lancer un paquet ou un sac à l'intérieur du véhicule avant de s'enfuir.

"Nous nous attendions à des tentatives d'attentats dans toutes les grandes villes et nous avons déployé des centaines de policiers ici à Tel-Aviv. Il faut être vigilant", a affirmé à la Chaîne-10 de télévision le commandant en chef de la police israélienne, Yohanan Danino.

Interrogé par cette même chaîne, le ministre de la Sécurité intérieure Yitzhak Aharonovitch a déclaré: "J'ignore si cet attentat aura une influence sur les discussions en cours en vue d'une trêve" entre Israël et les groupes armés palestiniens de la bande de Gaza.

L'attentat n'a pas été revendiqué, mais Al-Aqsa, chaîne de télévision proche du Hamas, a salué une "opération-martyre".

La télévision publique israélienne diffusait des images montrant des ambulanciers portant secours aux blessés à même le trottoir.

Sigalit, 22 ans, serveuse dans un restaurant voisin, a déclaré à l'AFP: "J'ai paniqué. Je suis sans voix, c'est angoissant".

"Je suis en colère, ça doit cesser! Quand ça saute en bas de chez soi, ça fait réfléchir", a déclaré pour sa part Boaz Bismuth, un journaliste qui habite à 200 mètres du lieu de l'explosion.

A Gaza, des scènes de liesse ont eu lieu après l'annonce de l'explosion, selon des journalistes. "Dieu est grand. Une opération au coeur de l'entité sioniste", clamait un message diffusé sur des haut-parleurs installés sur la façade de la mosquée située en face de l'hôpital Chifa.

Des célébrations ont eu lieu également dans des camps de réfugiés palestiniens au Liban.

Au moins une personne avait été tuée et plus de 30 autres blessées en mars 2011 dans l'explosion d'une bombe près d'une station d'autobus à Jérusalem.

L'explosion de mercredi à Tel-Aviv est survenue alors que la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton et le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon continuent leurs consultations dans la région pour tenter de stopper les hostilités.

La France a condamné un attentat "prenant pour cible des civils au moment même où tout doit être mis en oeuvre pour parvenir à un cessez-le-feu".

Depuis le lancement de l'opération israélienne contre les groupes armés de Gaza, mercredi dernier, au moins 135 Palestiniens ont été tués et plus d'un millier blessés dans les raids aériens sur l'enclave palestinienne. Cinq Israéliens, dont un soldat, ont péri dans des tirs de roquettes.

bur-chw/gde/agr/vl