NOUVELLES
21/11/2012 05:23 EST | Actualisé 21/01/2013 05:12 EST

Pas de trêve de bombardements sur Gaza et attentat à Tel-Aviv

EFE

Les raids israéliens sur Gaza se sont poursuivis après l'attentat à la bombe dans un autobus de Tel-Aviv, mercredi.

Les raids israéliens ont notamment ciblé l'immeuble abritant le bureau de l'Agence France-Presse (AFP), qui avait déjà été touché par un bombardement mardi soir. Les attaques israéliennes ont fait 17 morts au cours de la journée de mercredi.

Pendant que les Palestiniens tentaient de se mettre à l'abri, la violence a également frappé en territoire israélien. Un attentat a frappé Tel-Aviv mercredi matin. Une vingtaine de personnes ont été blessées, dont trois gravement, dans l'explosion d'un autobus, près du ministère israélien de la Défense.

Les militants du Hamas, qui se sont réjouis de l'attaque, ont célébré l'attentat en tirant des coups de feu en l'air dans la bande de Gaza.

Le porte-parole du Hamas, Abou Zuhri, a salué l'attentat sans pour autant revendiquer l'attaque. « Le Hamas bénit l'attaque à Tel-Aviv et y voit une réponse naturelle aux massacres israéliens [...] à Gaza », a-t-il dit à Reuters. « Les factions palestiniennes auront recours à tous les moyens pour protéger les civils palestiniens en l'absence d'efforts de la communauté internationale pour mettre un terme à l'agression israélienne », a-t-il ajouté.

Mais la majorité de la population craignait plutôt des représailles, selon notre envoyé spécial Jean-François Bélanger, s'attendant à une riposte de la part d'Israël.

Une longue nuit

De son côté, l'armée israélienne affirme avoir visé « plus de 100 sites terroristes » au cours de la nuit de mardi à mercredi dans la bande de Gaza, dont la moitié était des lanceurs souterrains de roquettes, reliant le territoire palestinien et l'Égypte. Les bombardements ont fait 10 morts au cours de la nuit de mardi à mercredi.

Le Hamas a aussi tiré près d'une vingtaine de roquettes, dont une douzaine ont atteint Israël.

Le bâtiment abritant le bureau de l'AFP à Gaza avait été bombardé une première fois mardi soir, sans toutefois faire de blessé. L'armée israélienne a confirmé les informations, expliquant que l'immeuble abritait aussi un centre de renseignements militaires du Hamas.

Le ministère de la sécurité intérieure, utilisé par le Hamas comme centre des opérations, a également été visé.

L'armée israélienne avait lancé un avertissement la veille en ordonnant aux Gazaouis d'évacuer immédiatement leurs domiciles pour se rendre dans le centre-ville. Les tracts portant cette directive ont été largués par l'aviation israélienne sur plusieurs quartiers de Gaza.

Sur son compte Twitter, le porte-parole de l'armée a aussi averti les « journalistes à Gaza : restez à l'écart des terroristes/infrastructures du Hamas. N'acceptez pas de leur servir de boucliers humains ».

Au huitième jour de l'opération israélienne « Pilier de défense », on dénombre au moins 140 Palestiniens tués et un millier de blessés dans les raids aériens. Cinq Israéliens, dont un soldat, ont quant à eux perdu la vie dans des tirs de roquettes.

INOLTRE SU HUFFPOST

Israel Palestine Conflict