NOUVELLES
21/11/2012 04:18 EST | Actualisé 20/01/2013 05:12 EST

Abbas espère l'annonce d'une trêve avant que Clinton quitte la région

Le président palestinien Mahmoud Abbas "espère" qu'une trêve sera annoncée avant la fin de la visite dans la région de la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton mercredi, a indiqué un haut responsable palestinien.

"Le président Abbas a dit à Mme Clinton que l'Egypte était la clé de tout, et il a souhaité qu'un cessez-le-feu soit annoncé avant qu'elle quitte" Le Caire mercredi, a déclaré le négociateur Saëb Erakat à l'issue d'un entretien à Ramallah (Cisjordanie) entre Mme Clinton et M. Abbas. Aucun des deux responsables n'a fait de déclaration.

La secrétaire d'Etat américaine, qui a rencontré mardi soir le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à Jérusalem, s'est entretenue mercredi matin pendant trois quarts d'heure avec le président palestinien. Elle doit ensuite se rendre en Egypte avant de regagner Washington.

"La secrétaire d'Etat a assuré le président Abbas que les Etats-Unis faisaient tout ce qui est possible pour parvenir à un cessez-le-feu immédiat" dans le conflit entre Israël et les groupes armés de la bande de Gaza, que contrôle le mouvement Hamas, a déclaré M. Erakat.

"Chaque heure qui passe sans cessez-le-feu est une catastrophe humaine à Gaza", a-t-il insisté, en indiquant que l'offensive israélienne, lancée le 14 novembre, sur Gaza avait fait "157 morts, essentiellement des femmes et des enfants, et 1.100 blessés".

M. Erakat a accusé Israël d'être responsable des obstacles rencontrés pour parvenir à une trêve, sans préciser davantage.

Par ailleurs, M. Abbas et Mme Clinton ont également abordé la question de la démarche palestinienne à l'ONU, et la secrétaire d'Etat a "réitéré la position américaine et exhorté le président palestinien à reporter" cette initiative, selon M. Erakat.

"Le président lui a répondu que les Palestiniens n'allaient pas à l'ONU pour défier les Etats-Unis ou qui que ce soit, mais pour sauver la solution à deux Etats et soutenir le processus de paix", a dit M. Erakat.

Les Palestiniens vont demander le 29 novembre devant l'Assemblée générale de l'ONU une élévation de leur statut, pour passer d"entité observatrice" à "Etat non-membre", ce qui leur permettrait notamment de saisir la Cour pénale internationale.

Israéliens et Américains sont catégoriquement opposés à ce qu'ils perçoivent comme une action unilatérale.

cf/gde/agr/feb