NOUVELLES
20/11/2012 10:00 EST | Actualisé 20/01/2013 05:12 EST

Wall Street ouvre en baisse, minée par la dégringolade d'Hewlett-Packard

Wall Street a ouvert dans le rouge mardi après une forte hausse la veille, de bons chiffres sur les mises en chantier de logement aux Etats-Unis ne parvenant pas à compenser la dégringolade du titre d'Hewlett-Packard: le Dow Jones perdait 0,39% et le Nasdaq 0,17%.

Vers 14H45 GMT, le Dow Jones Industrial Average reculait de 49,96 points à 12.746,00 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, de 5,10 points à 2.910,97 points.

L'indice élargi Standard and Poor's 500 lâchait 0,27% (-3,78 points) à 1.383,11 points.

La Bourse de New York avait bondi lundi, revigorée par des signes encourageants pour les négociations autour du budget américain et par un chiffre meilleur que prévu sur le logement aux Etats-Unis: le Dow Jones avait gagné 1,65% à 12.795,96 points et le Nasdaq 2,21% à 2.916,07 points.

"Malgré un nouvel indicateur favorable sur le secteur de l'immobilier américain, le marché d'actions est en légère baisse après l'annonce par le membre du Dow Jones Hewlett-Packard d'une charge de 8,8 milliards de dollars", ont souligné les experts de Charles Schwab.

Selon des chiffres publiés mardi à Washington par le département du Commerce, les mises en chantier de logements ont progressé de 3,6% en octobre par rapport au mois précédent, atteignant leur plus haut niveau depuis l'été 2008, alors que les analystes tablaient sur un recul de l'activité.

Ce chiffre confirme des indicateurs déjà positifs sur l'immobilier publiés lundi.

Mais les investisseurs sanctionnaient fortement le groupe informatique HP (-12,63% à 11,62 dollars) qui, en pleine restructuration, a de nouveau déçu avec une lourde perte annuelle de 12,65 milliards de dollars et des prévisions inférieures aux attentes pour le trimestre en cours.

L'entreprise a notamment dû passer une charge exceptionnelle de 8,8 milliards de dollars pour couvrir des pertes liées au rachat en 2011 de l'éditeur britannique de logiciels Autonomy.

Le marché est "aussi tiré vers le bas par la dégradation de la note de la France par Moody's", a noté Patrick O'Hare de Briefing.com.

L'agence de notation a abaissé d'un cran la note de la dette de long terme de l'Hexagone, qui perd ainsi son précieux Aaa, meilleure note possible, auprès d'une deuxième grande agence d'évaluation financière internationale, après Standard and Poor's en début d'année.

"C'est un rappel que la crise de la dette touche désormais le coeur de l'eurozone", a remarqué M. O'Hare.

Le marché obligataire reculait. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans avançait à 1,627% contre 1,611% lundi et celui à 30 ans à 2,770% contre 2,762% la veille.

jum/sl/are