NOUVELLES
20/11/2012 10:14 EST | Actualisé 20/01/2013 05:12 EST

VIH/sida : de nouveaux chiffres porteurs d'espoirs

Le nombre des décès liés au VIH/sida dans le monde a légèrement baissé en 2011 pour la 5e année consécutive, montre le rapport 2012 de l'ONUSIDA.

Selon l'agence, le nombre de morts a reculé de 5,6 % l'année dernière pour se situer à 1,7 million.

Les nouvelles contaminations ont aussi diminué, passant de 2,6 millions en 2010 à 2,5 millions en 2011. Mieux encore : la chute dépasse les 50 % dans 25 pays des plus touchés par la pandémie.

Le nombre de personnes ayant accès à la thérapie antirétrovirale a augmenté de 63 % au cours des 24 derniers mois. Cela a un effet sur le nombre des personnes qui vivent avec le virus qui, lui, a légèrement progressé l'an dernier passant à 34 millions, contre 33,5 millions en 2010.

Les nouvelles données laissent entrevoir, selon l'ONUSIDA, une nouvelle ère, si bien que la fin de la pandémie « n'est plus simplement une vision, elle peut être réalisée ».

Sans surprise, le continent africain continue d'être le plus touché, avec près d'un adulte sur 20 vivant avec le virus. Les Africains de la région subsaharienne représentent 69 % des personnes contaminées sur la planète, et le virus a tué cette année 1,2 million de personnes dans cette région du monde uniquement.

Plus de 90 % des enfants qui vivent avec la maladie se trouvent en Afrique subsaharienne.

L'Asie est également gravement touchée, avec près de 5 millions de personnes contaminées et 309 000 décès.

L'ONU s'inquiète du nombre de nouvelles infections dans certaines régions, notamment au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, où le nombre des nouvelles contaminations a bondi de plus de 25 % depuis 2001.

L'ONUSIDA estime qu'il faudrait entre 22 et 24 milliards de dollars américains par an pour financer la lutte contre le sida d'ici 2015. En 2011, 16,8 milliards de dollars ont été mis à la disposition de la lutte contre le VIH/sida.