NOUVELLES
20/11/2012 08:00 EST | Actualisé 20/01/2013 05:12 EST

Une roquette de Gaza explose près de Jérusalem: pas de blessé (police)

Un roquette à longue portée tirée de Gaza a explosé mardi après-midi dans la région du bloc de colonies du Goush Etzion, près de Jérusalem, sans faire de blessé, pour la deuxième fois en quatre jours, a indiqué la police.

Une violente explosion avait auparavant été entendue après qu'une sirène d'alerte eut longuement retenti dans Jérusalem.

Au même moment, la branche armée du Hamas à Gaza a revendiqué le tir d'une roquette à longue portée M75 sur "Jérusalem occupée".

"Rien n'a atterri dans la ville de Jérusalem. La roquette a été retrouvée dans le Goush Etzion", a déclaré à l'AFP le porte-parole de la police israélienne Micky Rosenfeld.

Des habitants israéliens du Goush Etzion, au sud de la Ville Sainte, ont confirmé avoir entendu "une puissante déflagration".

La sirène a provoqué un début de panique à Jérusalem, paralysant brièvement la circulation, les passants courant s'abriter dans des entrées d'immeubles ou derrière des voitures garées. Selon des témoins, l'explosion a été célébrée dans des quartiers palestiniens de Jérusalem-Est.

Dans le village palestinien de Jabba, à une quinzaine de km au sud de Jérusalem, des habitants ont entendu la sirène d'alerte de la colonie juive voisine de Bat Ayin.

"On était dans la rue quand on a entendu la sirène. On ne l'a pas vue mais on a entendu l'impact dans une oliveraie" proche, a témoigné Qusai Abdelhamis Tos, 19 ans.

L'attaque a eu lieu au moment où le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon commençait une visite en Israël, en Egypte et dans les Territoires palestiniens pour tenter d'imposer un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas au pouvoir à Gaza.

Israël a menacé d'intensifier son opération militaire à Gaza, en ayant éventuellement recours à une incursion terrestre, si les groupes armés palestiniens ne cessaient pas leurs salves de roquettes.

Des dizaines de milliers de soldats, de transports de troupes blindés, de bulldozers et de chars sont massés à la frontière avec la bande de Gaza dans la perspective du lancement d'une phase terrestre.

Le numéro un de la branche armée du Hamas, Mohammad Deïf, a mis en garde mardi Israël contre une opération terrestre à Gaza, menaçant de capturer des soldats israéliens, dans un rare message audiodiffusé.

"L'ennemi payera cher s'il pense entrer à Gaza", a averti Mohammad Deïf, dans ce message enregistré, retransmis par les médias à Gaza, dont la télévision du Hamas, Al-Aqsa.

"L'opération terrestre est le plus grand espoir de libération des prisonniers (palestiniens)", a-t-il affirmé, en allusion à d'éventuelles captures de soldats et à de futurs échanges de prisonniers avec Israël, comme cela a été le cas en octobre 2011 avec le soldat Gilad Shalit.

Une première roquette lancée par le Hamas depuis Gaza avait frappé vendredi les environs de Jérusalem, sans faire de victime, pour la première fois dans l'histoire du conflit israélo-palestinien, marquant une nouvelle escalade dans la confrontation entre Israël et les groupes armés palestiniens.

Une centaine de roquettes ont été lancées de Gaza mardi: 51 ont été interceptées par le système anti-missiles israélien Iron Dome et 48 se sont abattues sur le territoire israélien, selon un porte-parole militaire.

Depuis le début de l'offensive israélienne, plus de 1.200 roquettes ont été tirées sur Israël: 389 ont été interceptées et 718 ont atterri sur le sol israélien, selon la même source. Le reste est tombé dans la bande de Gaza.

hmw-dms/agr/sw