NOUVELLES
20/11/2012 03:49 EST | Actualisé 19/01/2013 05:12 EST

Pourparlers en vue de zones de libre-échange en Asie

Plusieurs pays d'Asie, dont la Chine et le Japon, ont participé mardi au lancement des négociations visant à créer deux zones de libre-échange.

La Chine et le Japon, deuxième et troisième économies mondiales, ainsi que la Corée du Sud, se sont d'abord entendus pour commencer des pourparlers au début de 2013 afin de trouver un accord commercial trilatéral. Les trois pays avaient des échanges commerciaux s'élevant à 514,9 milliards de dollars en 2011, selon Tokyo.

Ces 3 pays avec 13 autres (Brunei, Cambodge, Indonésie, Laos, Malaisie, Birmanie, Philippines, Singapour, Thaïlande, Vietnam, Inde, Australie, Nouvelle-Zélande) ont aussi donné le coup d'envoi de discussions portant sur un « partenariat économique intégral régional » (RCEP).

Cette zone de libre-échange serait potentiellement la plus importante au monde hors de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), avec un marché de 3,5 milliards d'habitants et un produit intérieur brut (PIB) de 23 000 milliards de dollars, soit un tiers du PIB mondial.

De nombreux participants à ces pourparlers sont cependant impliqués dans des querelles territoriales. Le Japon et la Chine s'opposent au sujet d'un archipel en mer de Chine orientale, tandis que Tokyo et Séoul se disputent des îlots isolés entre leurs deux pays. La Chine et le Vietnam se disputent par ailleurs les Spratleys et les Paracels, des archipels qui seraient riches en hydrocarbures. Les Spratleys sont aussi revendiquées par les Philippines.

Un projet qui vient des États-Unis

Le RCEP, qui serait dominé par la Chine, pourrait constituer un contrepoids à un troisième projet, le Partenariat transpacifique (PTP), qui fait l'objet de discussions entre les États-Unis et dix autres pays (Australie, Brunéi, Canada, Chili, Malaisie, Mexique, Nouvelle-Zélande, Pérou, Singapour, Vietnam).

Pékin semble réticent à participer à ce projet.