NOUVELLES
20/11/2012 09:10 EST | Actualisé 20/01/2013 05:12 EST

Massés à la frontière de Gaza, des milliers de soldats attendent un feu vert

Entrer dans la bande de Gaza ou rentrer à la maison: des milliers de soldats réservistes rappelés ces derniers jours attendent un feu vert des dirigeants israéliens.

Le gouvernement de Benjamin Netanyahu a décidé de repousser provisoirement tout projet d'offensive terrestre "pour donner des chances à un succès des efforts diplomatiques", selon un haut responsable gouvernemental, au septième jour de l'opération "Pilier de la Défense" contre les combattants palestiniens de Gaza.

Les rumeurs de cessez-le-feu imminent sont au centre des discussions dans la cafétéria à Yad Mordechai, située à moins de 5 km de la frontière avec la bande de Gaza.

"Je serai content de pouvoir rentrer à la maison mais je ne crois pas qu'un cessez-le-feu est la solution à long terme", affirme Maoz, un réserviste de 35 ans, qui a quitté sa femme et son bébé de 7 mois depuis quatre jours pour rejoindre son unité.

Le gouvernement israélien a autorisé vendredi la mobilisation de 75.000 réservistes dans l'option d'une opération terrestre dans la bande de Gaza.

"Nous n'avons pas les éléments pour savoir si cette opération est nécessaire mais si nous devons pénétrer dans Gaza, nous le ferons", ajoute Maoz, courtier à Tel-Aviv.

Le kibboutz de Yad Mordechai est le point de rencontre de nombreux réservistes depuis vendredi.

Entre deux alertes, les soldats lisent le journal, suivent les informations sur un poste de télévision et boivent des cafés en attendant les ordres.

Pour Hanan, père de cinq enfants, "l'opération terrestre est inévitable".

"Ca ne sert à rien de signer un accord qui va tenir trois mois, il est temps de mettre fin aux tirs vers Israël et nous pouvons le faire en combattant dans la bande de Gaza", dit-il.

"Notre mission est de ramener le calme pour les habitants du sud du pays qui sont victimes quotidiennement de ces attaques palestiniennes, c'est notre mission et nous devons la terminer", ajoute-t-il.

Près d'Ashkelon, un traiteur de la ville est venu offrir des brochettes aux réservistes servant à la batterie anti-missiles "Iron Dome".

"Nous sommes venus renforcer nos soldats qui n'ont pas l'occasion de manger de bonnes choses", explique Luis Daskal.

"Chaque jour nous irons dans un autre point pour leur offrir un repas de qualité", ajoute-t-il.

"On ne fait rien pour l'instant mais je suis prêt à rester aussi longtemps qu'il le faudra loin de la maison, je suis venu pour me battre", confie un autre réserviste, qui préfère garder l'anonymat.

Sur la route vers la frontière, des véhicules militaires continuent d'affluer.

Plus de 30.000 réservistes sont présents dans le sud d'Israël, selon un porte-parole de l'armée israélienne.

mib/cf/agr/sw