NOUVELLES
20/11/2012 06:57 EST | Actualisé 20/01/2013 05:12 EST

Ligue des champions - Santi Cazorla, le créateur qu'Arsenal attendait

Les "Gunners" semblent avoir trouvé en Santi Cazorla le créateur qu'ils attendaient depuis le départ de Cesc Fabregas et de Samir Nasri, il y a deux étés, au grand soulagement des supporteurs qui n'en pouvaient plus de voir les plus grands talents fuir Arsenal.

Arrivé de Malaga en août, l'Espagnol a marqué quatre buts et donné deux passes décisives pour son nouveau club, mais ces chiffres ne disent pas toute l'importance que ce petit milieu de terrain d'1,68 m s'y est taillée.

Sa prépondérance a sauté aux yeux en revanche samedi, lors de la victoire, 5 à 2, sur les grands rivaux de Tottenham à l'Emirates Stadium, cruciale pour la survie des ambitions de l'équipe en Premier League.

Devant des fans rouge et blanc qui ont déjà inventé une chanson pour lui, Cazorla, buteur et passeur, a été de toutes les actions dangereuses. C'est lui aussi qui a été victime du tacle haut synonyme de carton rouge pour Adebayor en début de rencontre.

Au total, une performance exceptionnelle, pour laquelle son camarade du milieu de terrain Jack Wilshere ne trouvait pas de mots assez élogieux.

"Son toucher et sa vision du jeu sont incroyables. C'est un régal de jouer avec lui. Il ne perd jamais le ballon, il est créatif et travailleur. Il peut récupérer le ballon, il peut éliminer l'adversaire, il a une superbe frappe. Il est au-dessus des autres", a dit le jeune Anglais. Un surnom pour lui? "Messi, ou alors Maradona", a suggéré Wilshere, en plaisantant à peine.

Critiqué ces dernières années pour son manque de flair sur le marché des transferts, Arsène Wenger n'a pas pris beaucoup de risques en recrutant ce joueur expérimenté - il aura 28 ans en décembre - qui avait déjà fait ses preuves en Liga pour Villarreal et Malaga.

L'ex-Gunner Robert Pirès, qui l'a côtoyé au sein du "sous-marin jaune", où Cazorla a passé sept saisons, est un de ses grands fans, et l'avait chaudement recommandé à l'entraîneur français.

Arsenal a d'ailleurs dû débourser 15 millions de livres (18,7 millions d'euros) pour s'offrir ses services, une coquette somme pour un club qui a longtemps préféré acheter des joueurs en devenir, et donc relativement bon marché.

Ce n'est pas un hasard si, dès la saison qui a suivi son passage de Villareal à Malaga, à l'été 2011, son ancien club est descendu en 2e division alors que son nouveau s'est qualifié pour la première fois pour la Ligue des champions.

Certes, Cazorla n'est pas très connu du grand public, parce qu'il n'a jamais joué un rôle majeur en équipe nationale, où la concurrence est terriblement chez les milieux offensifs avec Xavi, Iniesta, Silva, Fabregas ou encore Mata, qui crève l'écran cette saison à Chelsea.

Champion d'Europe, mais pas champion du monde car il était blessé en 2010, l'Asturien compte tout de même 50 sélections et huit buts, mais on l'a surtout vu dans le rôle de joker. Au dernier Euro, il n'a ainsi fait que deux courtes apparitions en fin de match.

fbx/gv