NOUVELLES
20/11/2012 05:18 EST | Actualisé 20/01/2013 05:12 EST

Les marchés d'actions font du surplace après l'avertissement du patron de la Fed

TORONTO - La Bourse de Toronto a clôturé mardi sans grand changement après que le président de la Réserve fédérale des États-Unis, Ben Bernanke, eut averti les marchés de ne pas compter sur la banque centrale pour ramasser les dégâts si les politiciens n'arrivaient pas à s'entendre sur la crise budgétaire qui se profile à l'horizon.

L'indice composé S&P/TSX a avancé de 5,88 points à 12 046,28 points, après avoir pris 163 points la veille, tandis que la Bourse de croissance TSXV a reculé de 7,66 points à 1242,3 points.

Le dollar canadien s'est quant à lui déprécié de 0,07 cent US à 100,27 cents US.

Les principaux indices américains ont en outre été retenus par les plus récents résultats trimestriels de Hewlett-Packard et de Best Buy, particulièrement décevants.

À New York, la moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a glissé de 7,45 points à 12 788,51 points, après avoir pris 208 points la veille, tandis que le Nasdaq a pris 0,61 point à 2916,68 points et que l'indice composé S&P 500 a gagné 0,93 point à 1387,82 points.

Les Bourses avaient fortement grimpé lundi, encouragées par l'attitude apparemment conciliante des politiciens vis-à-vis des négociations qui pourraient permettre d'éviter l'entrée en vigueur automatique d'une série de hausses d'impôts et de réductions de dépenses au début de 2013.

Les mesures automatiques représentent un «précipice fiscal» qui pourrait vraisemblablement faire retomber l'économie américaine en récession.

Lors d'un discours devant l'Economic Club de New York, M. Bernanke a exhorté les politiciens à obtenir rapidement une entente et a averti que la Fed n'avait pas les outils pour contrebalancer les dommages qui pourraient survenir en l'absence d'une entente pour régler la crise.

L'action de Hewlett-Packard a plongé mardi de 12 pour cent, après que le géant de l'informatique eut indiqué avoir inscrit à ses comptes une dépréciation de 8,8 milliards $ US, se disant victime des mensonges comptables d'une firme britannique racheté l'an dernier.

La chaîne de magasins d'articles électroniques Best Buy a pour sa part affiché une nouvelle perte trimestrielle, coulée par le recul des ventes et les charges liées à sa restructuration.

Les cours des matières premières ont glissé à la suite des forts gains réalisés la veille.

Le secteur aurifère de la Bourse de Toronto a reculé d'environ 0,7 pour cent, le cours du lingot d'or ayant cédé 10,80 $ US à 1723,60 $ US l'once à New York. Le titre de Centerra Gold (TSX:CG) a chuté de 37 cents à 9,17 $, tandis que celui d'Agnico-Eagle Mines (TSX:AEM) a perdu 84 cents à 54,36 $.

Le prix du cuivre a retraité d'un cent US à 3,52 $ US la livre après avoir pris 8 cents US la veille. Le secteur des métaux de base du parquet torontois s'est contracté de 0,28 pour cent.

Le secteur de l'énergie est resté stable, profitant de la circulation d'informations sur un possible cessez-le-feu entre Israël et les dirigeants du Hamas qui contrôle la bande de Gaza. Le cours du pétrole brut a chuté de 2,53 $ US à 86,75 $ US le baril à la Bourse des matières premières de New York. À Toronto, l'action de Cenovus Energy (TSX:CVE) a rendu 37 cents à 32,62 $ tandis que celle de la Pétrolière Impériale (TSX:IMO) a effacé 32 cents à 43,48 $.