NOUVELLES
20/11/2012 02:04 EST | Actualisé 20/01/2013 05:12 EST

Gaza: poursuite des raids, une trêve se dessine

Les hostilités se poursuivaient mardi entre Israël et le Hamas, marquées par des bombardement sur Gaza, un nouveau tir de roquette près de Jérusalem et la mort du premier soldat israélien, parallèlement à d'intenses tractations diplomatiques pour imposer une trêve.

Un soldat de 18 ans a été tué mardi matin par une roquette lancée de Gaza qui s'est abattue sur le sud du pays, a indiqué l'armée israélienne, qui enregistre son premier mort depuis le début de l'opération "Pilier de défense" contre l'enclave palestinienne il y a sept jours.

Dans l'après-midi, une roquette à longue portée a explosé dans le bloc de colonies du Goush Etzion, près de Jérusalem, sans faire de blessé, pour la deuxième fois en quatre jours, selon la police.

Au même moment, la branche armée du Hamas à Gaza a revendiqué le tir d'une roquette à longue portée M75 sur "Jérusalem occupée". Un immeuble de huit étages a été frappé de plein fouet par une roquette à Rishon LeTzion, la 4e ville d'Israël à 50 km de Gaza.

Ces attaques ont eu lieu au moment où le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon commençait une visite en Israël, en Egypte et dans les Territoires palestiniens pour tenter de parvenir à un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas au pouvoir à Gaza. La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton est attendue en soirée en Israël.

Au Caire, le président égyptien Mohamed Morsi "espère" qu'une trêve surviendra rapidement dans le conflit de Gaza, a déclaré mardi soir une source à la présidence, nuançant de précédentes déclarations du chef de l'Etat.

M. Morsi "espère qu'un règlement surviendra bientôt", a déclaré à l'AFP cette source sous couvert de l'anonymat.

Le président américain Barack Obama a remercié son homologue égyptien pour ses efforts en faveur d'une "désescalade" au Proche-Orient.

Selon la radio publique israélienne, la trêve --temporaire-- devrait préluder à un accord de cessez-le-feu durable en vertu duquel les belligérants s'engagent mutuellement à stopper les frappes et les tirs de roquettes. Un mécanisme de surveillance serait mis en place par l'Egypte.

Cet accord prévoirait une levée partielle du blocus israélien, notamment l'extension de la zone de pêche en Méditerranée et du secteur réservé à l'agriculture aux abords de la barrière de sécurité frontalière.

L'Egypte s'engagerait à empêcher les tirs contre Israël à partir duSinaï égyptien et le Hamas s'engagerait auprès du Caire à oeuvrer contre les opérations jihadistes salafistes dans le Sinaï.

"Il y aura ce soir une conférence de presse conjointe du Hamas, du Jihad islamique et de l'intermédiaire égyptien pour annoncer une trêve", a indiqué à l'AFP une source au Jihad islamique, une information confirmée par une source du Hamas.

"L'Egypte a envoyé une proposition finale et nous attendons la réponse définitive d'Israël", a-t-on indiqué de source égyptienne proche des négociations, ajoutant que "s'il y a un accord, cela veut dire que nous sommes proches de l'annonce d'une trêve".

Un responsable israélien cité par la radio militaire a fait état de progrès dans les négociations, sans donner davantage de détail.

"Je ne peux vous donner l'heure (de la trêve)", a répondu de son côté un responsable gouvernemental sous couvert de l'anonymat.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré que son pays tendait "une main vers ses voisins désireux de faire la paix avec lui" et de l'autre main brandissait une "épée" vers ceux qui veulent sa destruction.

Dans la matinée, M. Netanyahu a rencontré le ministre allemand des Affaires étrangères et lui a dit qu'Israël cherchait à assurer un accord de "long terme" qui garantirait la fin de la contrebande de roquettes vers la bande de Gaza.

Un haut responsable gouvernemental israélien avait indiqué dans la matinée que l'Etat hébreu avait provisoirement repoussé l'option d'une offensive terrestre sur Gaza.

En visite à Jérusalem, où il a eu des discussions avec les dirigeants israéliens en vue d'obtenir une trêve, Ban Ki-moon a estimé qu'une "escalade supplémentaire" dans le conflit serait "un désastre pour la région".

M. Ban se rendra mercredi à Ramallah (Cisjordanie) pour rencontrer le chef de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas.

En visite dans la bande de Gaza, le secrétaire général de la Ligue arabe Nabil al-Arabi a jugé que l'essentiel pour les pays arabes et les Etats musulmans n'était pas d'obtenir une trêve pour mettre un terme à six jours d'effusion de sang à Gaza, mais de mettre fin à l'occupation israélienne.

M. Arabi est à la tête d'une délégation de ministres arabes des Affaires étrangères, afin de manifester sa "solidarité" avec l'enclave palestinienne.

Sur le terrain, la journée a encore été très violente.

Au moins 26 Palestiniens ont été tués mardi à Gaza, selon le ministère de la Santé du Hamas.

Au moins 136 Palestiniens ont été tués et un millier de blessés depuis mercredi dernier. Trois Israéliens avaient péri dans un tir de roquette jeudi près de la bande de Gaza.

bur-agr/vl