NOUVELLES
19/11/2012 02:35 EST | Actualisé 19/01/2013 05:12 EST

USA: minoritaires, les démocrates gagnent les derniers sièges à la Chambre

Le parti démocrate américain a remporté les huit derniers sièges encore indécis qui restaient encore à pourvoir à la Chambre des représentants, détenue par les républicains, à l'issue des élections législatives du 6 novembre.

Les Républicains restent majoritaires dans cette assemblée, avec 234 sièges sur 435, après avoir contrôlé 242 sièges sous la précédente législature.

Au Sénat, les démocrates ont légèrement renforcé leur majorité, avec 55 sièges sur 100, dont deux indépendants, contre 53 sous la précédente législature.

A l'issue de deux courses serrées en Californie (ouest), les républicains Dan Lungren et Brian Bilbray ont reconnu le week-end dernier leur défaite face à leurs adversaires démocrates.

Le démocrate Ron Barber, ancien conseiller de la représentante Gabrielle Giffords, qui avait démissionné après avoir été blessée lors d'une fusillade, a annoncé sa victoire dans l'Arizona (sud-ouest).

Un candidat républicain en Floride (sud-est), soutenu par le Tea Party, courant ultraconservateur du parti, a refusé de reconnaître sa victoire face au démocrate Patrick Murphy, qui a pourtant plus de 2.000 voix d'avance selon les décomptes non officiels clos dimanche, ont indiqué des médias locaux.

Une autre course en Louisiane (sud) entre deux républicains sera remise au vote en décembre car aucun des deux candidats n'a remporté plus de 50% des voix.

D'autres sièges ont été finalement remportés par des démocrates, qui disposent désormais d'une minorité de 201 sièges à la Chambre.

"Ca va au-delà de ce qu'on attendait", s'est réjouie Jesse Ferguson, du comité de campagne démocrate pour le Congrès.

Selon elle, "cela met de la pression sur le président de la Chambre John Boehner et la majorité républicaine. Sachant qu'ils ne peuvent pas compter sur 100% des voix de leur groupe, ils devront chercher dans les marges et faire des compromis avec les démocrates sur des questions importantes".

Depuis les élections de 2010, le Congrès a souvent buté sur une impasse législative, en raison de l'incapacité des représentants et des sénateurs à s'entendre.

mlm/are/rap