NOUVELLES
19/11/2012 07:27 EST | Actualisé 19/01/2013 05:12 EST

Une statue refaite de Jean Paul II inaugurée pour la deuxième fois à Rome

ROME - Une statue du défunt pape Jean Paul II a été inaugurée lundi à Rome... pour la deuxième fois. La première version avait été vertement critiquée par le public, mais aussi par le Vatican. L'oeuvre a été retravaillée.

Lors de son inauguration initiale en mai 2011, les Romains avaient trouvé que l'immense statue ressemblait au dictateur fasciste Benito Mussolini plutôt qu'à leur pape bien-aimé. Le critique d'art du Vatican lui-même avait écrit qu'on aurait dit qu'une «bombe» était tombée sur la statue. Sandro Barbagallo avait estimé que le fait que si peu de Romains reconnaissent le pape dans la statue constituait un «péché».

Le maire de Rome avait alors rapidement réuni un comité d'experts, de responsables culturels et d'universitaires pour travailler avec l'artiste Oliviero Rainaldi sur une sculpture qui ressemblerait à ce qui avait été approuvé lors de la présentation des esquisses.

Lundi, l'artiste Oliviero Rainaldi s'est dit content du travail final, estimant qu'il correspondait à sa vision d'origine. Selon lui, les ouvriers avaient bâclé l'assemblage la première fois. De «petites corrections» ont été apportées aux «erreurs» commises lors du premier assemblage, a-t-il précisé.

Désormais, le visage du pape sourit. Il dispose d'un menton mieux défini et d'un cou. Son bras tendu a été placé plus droit. La teinte verdâtre du bronze a également été uniformisée, les taches brunes sur la tête et le manteau ouvert du pape ont en grande partie été effacées. Au lieu d'être placée directement sur de l'herbe, la statue est désormais montée sur un piédestal.

Le directeur du patrimoine culturel de la ville de Rome, Umberto Broccoli, a déclaré qu'il était normal qu'une oeuvre suscite autant d'avis, dans un pays qui compte 50 millions d'arbitres, de critiques d'art et d'hommes politiques. «Avec l'art contemporain, vous devez attendre que des années passent avant de porter un jugement», a-t-il affirmé à la presse lors de l'inauguration, devant la principale gare de Rome.

Face à la statue, les opinions étaient contrastés lundi. Marco Felici, un ouvrier de 53 ans d'un chantier voisin, a estimé que c'était mieux qu'avant. «Le visage est mieux et le cou aussi. Ils ont fait du bon boulot cette fois-ci», a-t-il jugé.

Alberto Donella, un passant, s'est montré beaucoup moins convaincu. «Ce n'est pas lui. Ce n'est pas lui», répétait-il. «Il était plein de joie. Il n'était pas du tout comme ça. Pour moi, cela ressemble toujours à un réfrigérateur.»