NOUVELLES
19/11/2012 03:34 EST | Actualisé 18/01/2013 05:12 EST

La fusion des petites municipalités manitobaines sera au menu cette session

La deuxième session de la quarantième législature a officiellement commencé lundi après-midi au Manitoba.

Le discours du Trône, beaucoup plus long que celui de l'an dernier, était dominé par le thème de l'incertitude économique mondiale, qui menace les finances de la province.

Il a été lu par le juge en chef de la province, Richard Scott, au nom du lieutenant-gouverneur Philip Lee.

Afin de confronter l'incertitude, le Cabinet Selinger entend viser l'efficacité.

À cet effet, il pressera les municipalités rurales de moindres populations de considérer la fusion. Pour l'instant, le processus se ferait sur une base volontaire, mais il deviendrait ensuite obligatoire d'ici un an.

Le Nouveau Parti démocratique du Manitoba au pouvoir (NPD) croit que cette mesure aidera à réduire les coûts administratifs et augmentera la préparation aux mesures d'urgence.

Actuellement, dans la province, presque la moitié des municipalités n'atteignent pas le seuil de 1000 résidents requis par la Loi sur les municipalités pour avoir le titre de « municipalité ».

Pressé de questions par les journalistes sur la possibilité que son gouvernement ne respecte pas son objectif d'équilibrer son budget d'ici 2014, le premier ministre Greg Selinger s'est gardé de répondre.

Le ministre des Finances Stan Struthers répondra aux questions relatives au déficit en décembre, a simplement laissé tomber M. Selinger.

Création et suppression d'emplois

Le premier ministre manitobain prévoit l'ajout de 75 000 travailleurs à la main-d'oeuvre provinciale d'ici 2020.

Son gouvernement se donne aussi trois ans pour supprimer 600 postes dans la fonction publique.

Le gouvernement souhaite créer, pour les entrepreneurs, un nouveau centre de ressources pour les successions d'entreprises et un point d'accès unique.

M. Selinger prévoit aussi une nouvelle infrastructure routière.

Plan quinquennal sur le système de santé

En matière de santé, le NPD au pouvoir souhaite créer 200 places de plus en foyers de soins personnels à Winnipeg et offrir un accès plus rapide aux tests et aux traitements pour les patients atteints de cancer, en créant de nouveaux centres Action cancer en régions rurales.

Le gouvernement a annoncé l'ajout d'infirmières praticiennes, d'auxiliaires médicaux, d'infirmières et de diététistes dans les cliniques qui acceptent de nouveaux patients.

Rappelant qu'il a fait passer le nombre d'offices régionaux de la santé de 11 à cinq cette année, le gouvernement entend présenter un plan quinquennal de durabilité « visant à protéger les fondements du système universel de soins de santé de la province ».

Ce plan sera approfondi au cours des prochains mois.

En outre, la session parlementaire s'articulera en partie autour de la protection des consommateurs. Les acheteurs de nouvelles maisons devraient voir l'avènement de changements qui rendront plus sécuritaires des achats aussi importants.