NOUVELLES
19/11/2012 04:08 EST | Actualisé 18/01/2013 05:12 EST

Irak: Bagdad met en garde le Kurdistan contre tout mouvement de troupes

Le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki, en conflit avec la région autonome du Kurdistan sur une série de dossiers, a mis en garde les forces de sécurité kurdes contre tout mouvement de troupes ou contact inopinés avec l'armée irakienne, a annoncé un porte-parole lundi.

"Les services du commandant des forces armées (M. Maliki) mettent en garde les forces régionales (kurdes) contre tout mouvement de troupes ou tout contact avec les forces armées" irakiennes, a expliqué le colonel Dia al-Wakil, dans un communiqué reçu par l'AFP.

Cet avertissement intervient après que le Kurdistan, une région du nord de l'Irak qui jouit d'une grande autonomie, a envoyé plusieurs milliers de ses peshmergas --les combattants kurdes-- près de la ville de Touz Khourmatou. Cette ville et ses alentours appartiennent à une large bande de territoire que revendiquent tant Bagdad que le Kurdistan.

Selon un haut gradé des peshmergas, la plupart de ces renforts ont toutefois été retirés depuis.

Dans cette même ville de Touz Khourmatou, située à 175 km au nord de Bagdad, des accrochages auraient éclaté entre les peshmergas et les forces irakiennes vendredi faisant un mort, selon le président de la région, Massoud Barzani. Bagdad a nié que des troupes kurdes aient été impliquées.

Dans la foulée, M. Barzani avait enjoint "les peshmergas à s'abstenir de répondre aux provocations et à être prêts à faire face à toute agression".

Bagdad et Erbil s'affrontent sur un certain nombre de dossiers, dont celui de l'exploitation des hydrocarbures. Le gouvernement irakien reproche ainsi au Kurdistan de signer des contrats avec des compagnies pétrolières étrangères en se passant de son accord.

ak-wd/gde/sw