NOUVELLES
19/11/2012 02:59 EST | Actualisé 19/01/2013 05:12 EST

Des groupes islamistes armés rejettent la coalition de l'opposition syrienne

BEYROUTH - Dans une vidéo mise en ligne lundi sur Internet, plusieurs groupes islamistes armés ont annoncé qu'ils rejetaient la Coalition nationale syrienne (CNS), tandis que l'Union européenne a apporté son appui à ce regroupement de l'opposition.

La nouvelle coalition a été formée le 11 novembre à Doha, au Qatar, sous forte pression de la communauté internationale, afin d'unifier les rangs de l'opposition syrienne et renforcer sa représentativité.

Mais des factions islamistes, dont le groupe Jabhat al-Nusra, proche d'Al-Qaïda, ont affirmé n'avoir aucun lien avec le CNS et ont déclaré avoir proclamé un «État islamique» dans la ville d'Alep, dans le nord de la Syrie. De nombreux groupes islamistes radicaux combattent les forces syriennes dans la région d'Alep.

L'authenticité de la vidéo, mise en ligne sur un site comportant des communiqués d'Al-Qaïda, n'a pas pu être confirmée de source indépendante.

L'Union européenne (UE) a quant à elle exprimé son appui à la Coalition nationale syrienne, reconnaissant ses membres comme représentants légitimes des «aspirations» du peuple syrien.

Les chefs de la diplomatie des 27 États membres de l'UE réunis à Bruxelles ne sont pas allés jusqu'à offrir une reconnaissance diplomatique officielle, une décision qui ne peut être prise que par chaque pays séparément. Pour l'instant, seule la France a reconnu diplomatiquement cette instance. Le Royaume-Uni a annoncé qu'il allait également considérer cette possibilité vers la fin de la semaine. Mais l'appui apporté par l'UE à la coalition syrienne constitue néanmoins un pas important.

«L'Union européenne les considère comme des représentants légitimes des aspirations du peuple syrien», ont annoncé lundi soir les 27 ministres des Affaires étrangères de l'UE dans un communiqué.

Plusieurs membres de l'UE ont proposé par ailleurs d'apporter un soutien militaire à l'opposition syrienne. Mais cette possibilité semble incertaine, alors que les 27 pays membres ont imposé un embargo sur les armes destinées au régime de Bachar el-Assad. Selon une source européenne, cet embargo devrait être intégralement reconduit au cours de la semaine.