NOUVELLES
19/11/2012 06:35 EST | Actualisé 19/01/2013 05:12 EST

Coupe Grey: le premier ministre Harper se range derrière les Stampeders

Canadian Prime Minister Stephen Harper waves as he arrives for the Leaders Meeting at the APEC summit in Vladivostok, Russia, Saturday, Sept. 8, 2012. (AP Photo/Ivan Sekretarev)
AP
Canadian Prime Minister Stephen Harper waves as he arrives for the Leaders Meeting at the APEC summit in Vladivostok, Russia, Saturday, Sept. 8, 2012. (AP Photo/Ivan Sekretarev)

OTTAWA - Lors du match de la coupe Grey en 1971, la défaite de Toronto contre Calgary a ému aux larmes celui qui allait devenir le premier ministre, Stephen Harper, mais ce sont les Stampeders qu'il encouragera ce dimanche.

La famille d'un Harper qui avait 12 ans vivait à Toronto quand les deux clubs se sont affontés une première fois à la coupe Grey, à Vancouver.

Les Argos étaient à la ligne de 11 du Calgary, avec moins de trois minutes à écouler, quand le demi offensif Leon McQuay a glissé sur le terrain détrempé, pour ensuite échapper le ballon.

Les Stampeders ont repris le ballon, mais ils ont dû dégager peu après. Le joueur des Argos a toutefois envoyé le ballon hors du terrain par accident; cela a redonné possession à Calgary, et l'équipe a pu laisser les dernières secondes disparaître du cadran.

La bourde de McQuay a été déterminante, et le revers de 14-11 des Argos a ébranlé le jeune Harper jusqu'aux larmes.

«Je pense que c'est la seule fois où j'ai pleuré devant la télé à cause d'un événement sportif, a dit Harper. J'ai grandi à Toronto, alors c'est sûr que les Argos étaient mon équipe.»

Les choses ont toutefois changé un peu.

«J'aime encore les Argos, mais j'habite à Calgary et c'est la ville que je représente aux Communes, alors je dois supporter les Stampeders. Je serai quand même content peu importe ce qui va arriver.»

Harper a par ailleurs souligné qu'on peut considérer le verre comme à moitié plein.

«Ce qui est bien avec la coupe Grey, c'est que c'est toujours une équipe canadienne qui gagne.»