NOUVELLES
19/11/2012 09:24 EST | Actualisé 19/01/2013 05:12 EST

Chypre prêt à des efforts pour obtenir un accord avec la troïka

Chypre espère des "progrès" sur les questions épineuses des réformes structurelles et des coupes budgétaires dans ses négociations avec la troïka (UE, FMI, BCE) pour obtenir une aide européenne, a indiqué lundi un porte-parole du gouvernement.

Des représentants de la troïka (Union européenne, Fonds monétaire international et Banque centrale européenne) ont eu des entretiens avec les autorités chypriotes lundi afin de trouver un compromis sur les engagements de l'île méditerranéenne en contrepartie d'une aide financière européenne.

"Etant donné les progrès accomplis lors des discussions sur le secteur financier au cours des derniers jours, un effort sera fait dans les négociations politiques pour que des progrès soient réalisés sur les questions budgétaires et structurelles", a indiqué le porte-parole du gouvernement chypriote Stefanos Stefanou.

La Banque centrale de Chypre a indiqué avoir donné son accord "de principe" à des réformes du secteur financier, mais pas sur le montant nécessaire pour recapitaliser le secteur bancaire très exposé aux banques grecques.

Une étude indépendante doit fournir les premiers chiffres au début du mois prochain.

Selon le quotidien Simerini, la Banque centrale de Chypre a également donné son accord à la troïka pour que les créances soient considérées comme douteuses à partir de trois mois de non règlement.

Les saisies de biens immobiliers débuteraient au bout de 18 mois. En cas de première acquisition cette mesure ne serait toutefois pas appliquée avant 2014, selon la même source.

Actuellement, il faut compter en moyenne 10 ans avant qu'une banque opère une saisie pour défaut de paiement.

Une équipe de la troïka des bailleurs de fonds est à Chypre depuis le 9 novembre pour négocier un programme d'austérité avec le gouvernement.

Celui-ci, qui a demandé fin juin à bénéficier d'une aide qui pourrait dépasser 10 milliards d'euros selon des experts, estime que le plan de sauvetage proposé par la troïka impose des mesures d'austérité trop lourdes pour une économie déjà en récession.

La troïka a demandé à Nicosie de réduire les salaires des fonctionnaires de 15%, les prestations sociales de 10%, de diminuer l'aide au logement et les subventions, ainsi que d'augmenter la TVA, selon une formule composée à 80% de réductions des dépenses publiques et à 20% de hausses d'impôts.

L'agence d'évaluation financière Moody's menace d'abaisser encore la note de Chypre en raison notamment de la lenteur des négociations que le pays a engagées avec la troïka.

cc/bpz/sw/cnp/jld

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!