NOUVELLES
19/11/2012 09:31 EST | Actualisé 19/01/2013 05:12 EST

Brésil - L'ex-gardien de but du Flamengo répond de meurtre devant les juges

Le procès de Bruno, l'ex-gardien de but et capitaine du Flamengo, le club de football le plus populaire de Rio, accusé du meurtre d'une ex-maîtresse avec qui il a eu un enfant, s'est ouvert lundi à Contagem, près de Belo Horizonte (sud-est) sous forte protection policière.

Bruno et quatre autres accusés répondent d'homicide, enlèvement, dissimulation de cadavre, association de malfaiteurs et corruption de mineur dans ce procès qui devrait durer une quinzaine de jours.

Le footballeur, Bruno Fernandes das Dores de Souza, alias "Bruno", 27 ans, est accusé d'être responsable de la disparition en juin 2010 d'Eliza Samudio, 25 ans, mère d'un bébé de quatre mois à l'époque.

Eliza revendiquait en justice la réalisation d'un test ADN pour prouver la paternité de Bruno, déjà marié. Il est considéré comme "l'auteur matériel et l'instigateur" du crime par la police, qui, à ce jour, n'a pas encore trouvé le corps de la jeune femme.

En décembre 2010, la justice de l'Etat de Rio (sud-est) avait déjà condamné Bruno à quatre ans et demi de détention pour avoir enlevé Eliza, l'avoir giflée et forcée à boire une substance abortive.

L'ex-footballeur a déjà purgé deux ans et quatre mois de cette peine dans la prison de sécurité maximum de Contagem.

Parmi les autres accusés figurent Dayane Rodriguez, l'ex-femme de Bruno et son plus proche ami, Luiz Henrique Ferreira Romao, dit "Macarrao".

Selon deux témoins, Eliza aurait été tuée dans la résidence secondaire de Bruno à Esmeralda, près de Belo Horizonte.

L'avocat de Bruno, Me Rui Pimenta, allègue qu'il n'y a pas de preuves du meurtre et qu'Eliza est encore en vie quelque part à l'étranger.

"Quand quelqu'un meurt, il laisse une goutte de salive, de sang, sur le sol (...) on n'a rien trouvé", dans la résidence secondaire, a-t-il dit.

Le parquet se base sur l'enquête policière et les aveux du cousin de Bruno, mineur à l'époque des faits: il soutient qu'Eliza a été tuée le 10 juin 2010, six jours après son enlèvement.

jt/cdo/hdz/gv