NOUVELLES
19/11/2012 07:04 EST | Actualisé 19/01/2013 05:12 EST

Appels à manifester un an après des heurts meurtriers au Caire

Une cinquantaine de partis et de mouvements politiques égyptiens ont appelé à manifester lundi sur la place Tahrir au Caire pour protester contre l'impunité de la police, un an après des affrontements meurtriers qui avaient fait 45 morts.

En novembre 2011, ces affrontements meurtriers entre la police et des manifestants dénonçant le manque d'empressement de l'armée à remettre le pouvoir aux civils après la chute du président Hosni Moubarak avaient duré cinq jours dans la rue Mohammed Mahmoud, près de la place Tahrir.

"La question de savoir si justice sera rendue pour les victimes des manifestations de la rue Mohammed Mahmoud est un test clé de l'engagement du président Mohamed Morsi à demander des comptes à la police et à réformer en profondeur le secteur de la sécurité", a estimé Human Rights Watch (HRW).

Depuis janvier 2011, et le début de la révolte qui a provoqué la chute de M. Moubarak, "la police échappe aux poursuites pour meurtre, encore et encore", a dénoncé l'organisation, appelant le président islamiste à "mettre fin à cette impunité".

Selon HRW, la police a tiré à balles réelles et en caoutchouc sur la foule, et a utilisé "des quantités excessives" de gaz lacrymogènes dans cette rue confinée entre des immeubles.

Seul un policier est actuellement poursuivi pour tentative de meurtre dans le cadre de ces affrontements. Une vidéo diffusée sur internet l'a montré en train de tirer sur des manifestants et de recevoir les félicitations d'un collègue pour avoir touché quelqu'un "à un oeil".

"Tous les policiers qui ont tué, aveuglé, blessé et torturé des manifestants dans la rue Mohammed Mahmoud doivent être traduits en justice et punis, si l'Egypte entend réellement prévenir ces pratiques", a insisté HRW.

jaz/fc/hj