NOUVELLES
18/11/2012 10:26 EST | Actualisé 18/01/2013 05:12 EST

UMP: Copé et Fillon revendiquent tous les deux la victoire

PARIS - Après une journée de forte affluence dans les 650 bureaux de vote et des heures de suspense, le successeur de Nicolas Sarkozy à la tête de l'Union pour un mouvement populaire (UMP) n'était toujours pas connu dimanche soir, les deux candidats revendiquant chacun la victoire.

Jean-François Copé et François Fillon ont en effet affirmé avoir remporté le scrutin à quelques minutes d'intervalle. C'est M. Copé qui a dégainé le premier, déclarant aux journalistes réunis au siège social de l'UMP que les militants et militantes du parti l'avaient choisi comme président.

Selon son entourage, le député-maire de Meaux l'aurait emporté avec au moins 1000 voix d'avance sur son adversaire.

Cette «victoire» a aussitôt été contestée par M. Fillon, qui a soutenu avoir gagné avec une faible marge de 224 voix. L'ancien premier ministre a prévenu qu'il ne lâcherait pas et qu'il attendait avec sérénité le verdict officiel.

Dimanche soir, seuls les résultats d'une trentaine de départements avaient été validés et on ignorait toujours quand la commission électorale de l'UMP serait en mesure de déclarer un vainqueur.

En attendant, les deux camps se sont mutuellement accusés d'avoir triché, l'équipe Copé remettant en question les résultats dans une circonscription de Nice et l'équipe Fillon évoquant des irrégularités dans un bureau de vote à Paris.