NOUVELLES
18/11/2012 04:20 EST | Actualisé 18/01/2013 05:12 EST

Lewis Hamilton l'emporte devant Vettel au Grand Prix des États-Unis

AUSTIN, États-Unis - Un dépassement audacieux vers la fin d'un long passage droit a permis à Lewis Hamilton de devancer Sebastian Vettel, dimanche, et le pilote de McLaren a filé vers la victoire au Gran Prix des États-Unis de Formule Un.

C'était la première fois qu'un GP se déroulait en sol américain depuis 2007; cette année-là, c'est également le Britannique qui avait triomphé.

Le championnat des pilotes se décidera le week-end prochain au Brésil, suite à une deuxième place pour Vettel et un troisième rang pour Fernando Alonso. Vettel, double champion en titre, conserve 13 points d'avance sur Alonso au classement.

«Génial!» s'est exclamé Hamilton, qui a levé les poings au ciel, a salué la foule et a dansé sur le nez de sa voiture afin de célébrer sa quatrième victoire de la saison. «Ce fut un, sinon le meilleur Grand Prix que nous avons connu cette année.»

Vettel, qui détenait la pole, a mené lors des 41 premiers tours avant d'être rejoint et dépassé par Hamilton, peu avant un virage prononcé au Circuit des Amériques. Ce dernier, qui partait deuxième, avait mis de la pression à chaque occasion sur le pilote de Red Bull.

«Ce fut un duel serré avec Lewis. Il a obtenu une occasion et en a profité. Il n'y avait pas beaucoup de différences entre nous deux», a noté Vettel.

Alonso, qui amorçait la course huitième, a grugé trois places à ses rivaux dès le premier tour. Il a perdu du terrain aux puits, quand son équipe a peiné à remplacer son pneu arrière gauche, mais il a assez bien manoeuvré pour finir troisième.

«Aujourd'hui (dimanche), c'était impossible de suivre le rythme (des meneurs), a expliqué Alonso. Ils étaient trop loin en avant.»

Vettel, 25 ans, tente de rejoindre Juan Manuel Fangio et Michael Schumacher en tant que seuls pilotes avec trois championnats d'affilée en Formule Un.

L'Espagnol Alonso, 31 ans, a été le champion de la F1 en 2005 et 2006.

«Nous tentons de penser au Brésil en nous disant que nous nous battrons pour le championnat du monde», a mentionné Alonso.