NOUVELLES
17/11/2012 04:04 EST | Actualisé 17/01/2013 05:12 EST

RD Congo: les rebelles s'emparent d'une nouvelle ville près de Goma (ONU)

Les rebelles du M23 se sont emparés de la ville de Kibumba et se rapprochent de Goma (est), la capitale provinciale du Nord-Kivu, selon les Nations unies samedi.

Un porte-parole de l'ONU a indiqué que la ville de Kibumba, à 25 kilomètres au nord de Goma, avait été prise par les rebelles du groupe M23 malgré l'intervention d'hélicoptères d'attaque des Nations unies destinée à aider l'armée gouvernementale.

Cette annonce est survenue alors que le Conseil de sécurité des Nations unies était justement réuni à la demande urgente de la France samedi après-midi pour évoquer la situation en République démocratique du Congo, où des affrontements opposent les rebelles du M23 à l'armée.

Les experts de l'ONU estiment que le Rwanda et l'Ouganda soutiennent les rebelles et le secrétaire général Ban Ki-moon a appelé samedi le président rwandais Paul Kagame pour lui demander son aide afin de stopper l'avance du M23. Le Rwanda a fermement nié toute implication et tout soutien à la rébellion.

Le porte-parole de l'ONU a précisé que l'armée gouvernementale et la Mission de l'ONU pour la stabilisation de la République démocratique du Congo (Monusco) "essaient d'enrayer l'avancée du M23 vers Goma et Kibati". Cette dernière ville est à une vingtaine de kilomètres au nord de Goma et entre 60.000 et 80.000 personnes sont réfugiées dans un camp tout proche de la ville.

Les Nations unies et le gouvernement de la RDC ont activé un plan spécial de sécurité à Goma.

"En ce moment, les membres des Nations unies à Goma sont en train de se rassembler dans des lieux sécurisés pour assurer leur protection", a ajouté le porte-parole, précisant que les forces de l'ONU dans la ville et à l'aéroport de Goma étaient en "état d'alerte".

Il y a environ 6.700 membres de la Monusco dans la province du Nord-Kivu et quelque 1.400 militaires à Goma et dans ses environs, selon le porte-parole.

Le gouvernement de RDC affirme que 4.000 soldats ont traversé la frontière en provenance du Rwanda pour appuyer les rebelles du M23. Le Rwanda a nié ces accusations

"Nous ne pouvons pas confirmer directement l'implication directe du Rwanda dans l'attaque du M23", a ajouté le diplomate. "Mais nous sommes très inquiets du fait que les soldats du M23 semblent très bien équipées et approvisionnées".

Ban Ki-moon a aussi parlé samedi avec le ministre des Affaires étrangères de la RDC, Raymond Tshibanda, pour "assurer tout son soutien aux efforts du gouvernement pour repousser le M23".

Le M23 est surtout formé d'anciens rebelles qui, après avoir été intégrés en 2009 dans l'armée, se sont mutinés en avril dernier et combattent depuis l'armée régulière dans la région du Kivu.

Depuis avril les combats ont contraint des dizaines de milliers de civils à fuire et des centaines de réfugiés sont arrivés dans les camps cette semaine.

tw/bdx/js