NOUVELLES
17/11/2012 10:52 EST | Actualisé 17/01/2013 05:12 EST

ONU: réunion d'urgence du Conseil de sécurité samedi sur la RD Congo (diplomate français)

Le Conseil de sécurité des Nations unies va se réunir en urgence samedi pour évoquer la situation en République démocratique du Congo, où des affrontements opposent les rebelles du M23 à l'armée, selon des diplomates.

La mission de la France auprès des Nations unies a annoncé sur son compte Twitter qu'une réunion des 15 nations du Conseil de sécurité avait été programmée à 15H00 (20H00 GMT).

Plus tôt dans la journée, la Mission de l'ONU pour la stabilisation de la République démocratique du Congo (Monusco) a appelé le Mouvement du 23 mars (M23) à cesser "immédiatement" ses attaques dans la zone de Kibumba, dans l'est du pays, appuyant l'armée dans les combats qui l'opposent aux rebelles depuis samedi matin.

"Depuis ce matin à 04H00, les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) font face à une série d'attaques à l'arme lourde lancées par le M23 (...) Ces attaques ont provoqué de nouveaux déplacements de la population civile", a écrit la Monusco dans un communiqué signé depuis Kinshasa.

"Conformément à son mandat de protection des populations civiles, la Monusco a réagi en engageant les troupes du M23 entre Kibumba et Kibati, responsables de cette situation. Dans ce cadre, 10 missions ont ainsi été menées par ses hélicoptères de combat", a-t-elle encore indiqué.

"La Monusco condamne fermement la reprise des hostilités. Elle lance un appel au M23 pour cesser immédiatement ses attaques qui ont pour conséquence la détérioration de la situation sécuritaire et humanitaire déjà fragiles", a-t-elle ajouté.

Comme jeudi, l'armée et le M23 s'accusent mutuellement d'avoir déclenché les hostilités.

Le M23 est surtout formé d'anciens rebelles qui, après avoir été intégrés en 2009 dans l'armée, se sont mutinés en avril dernier et combattent depuis l'armée régulière dans la région du Kivu. Deux pays voisins, le Rwanda et l'Ouganda, sont accusés par l'ONU de soutenir les rebelles, ce qu'ils démentent.

Depuis avril les combats ont contraint des dizaines de milliers de civils à fuire et des centaines de réfugiés sont arrivés dans les camps cette semaine.

tw/bdx/js

PLUS:afp