NOUVELLES
17/11/2012 05:17 EST | Actualisé 17/01/2013 05:12 EST

Israël a intensifié ses bombardements aériens sur la bande de Gaza

GAZA, Territoire palestinien - Israël a détruit le siège du premier ministre du Hamas et fait sauter un réseau de tunnels de contrebande dans le sud de la Bande de Gaza, samedi, poursuivant une offensive lancée il y a quatre jours contre le groupe militant islamiste, alors que les efforts diplomatiques visant à obtenir une trêve semblaient progresser.

Des responsables du Hamas ont indiqué qu'un bâtiment utilisé par le Hamas pour des retransmissions média avait été bombardé, et que trois personnes avaient été blessées. Ceux-ci travaillaient pour Al Quds TV, une chaîne de télévision sise au Liban. Le bâtiment est également utilisé par des médias étrangers, comme la société allemande ARD, Kuwait TV et le réseau italien RAI entre autres.

Le porte-parole de l'armée israélienne n'était pas immédiatement au courant des frappes, mais dit qu'une enquête était en cours.

Au total, 48 Palestiniens, dont 15 civils, ont été tués, et plus de 400 civils ont été blessés, selon des responsables médicaux.

Du côté israélien, on rapporte trois morts et plus de 50 blessés.

En Égypte, le pays voisin, le président Mohamed Morsi a accueilli des leaders du Hamas et deux alliés-clés, le Qatar et la Turquie, pour tenter de trouver une fin au conflit.

«Il y a des discussions sur la façon d'obtenir un cessez-le-feu rapidement, mais il n'y a pas de garanties jusqu'à maintenant», a dit M. Morsi lors d'une conférence de presse. Il a ajouté qu'il travaillait avec la Turquie, les pays arabes, les États-Unis, la Russie et des pays d'Europe occidentale pour faire cesser les combats.

Israël a lancé son opération mercredi, dans le cadre de ce que l'État qualifie d'effort pour mettre fin à des mois de tirs de roquettes provenant du territoire contrôlé par le Hamas. L'État hébreux a débuté son action guerrière avec une frappe aérienne inattendue qui a tué le chef militaire du groupe islamiste, et a depuis ciblé sans relâche des lanceurs de roquettes présumés et des sites d'entreposage de fusées.

Des responsables de Tsahal se sont dits satisfaits de leurs progrès, samedi, affirmant avoir causé de lourds dégâts au Hamas.

«La majeure partie de ses capacités a été détruite», a déclaré à des journalistes le major-général Tal Russo, commandant des forces du sud d'Israël. Interrogé à savoir si Israël était prêt à envoyer des troupes au sol dans Gaza, il a répondu «absolument».

La Maison-Blanche a indiqué que le président américain Barack Obama était en contact avec les leaders égyptiens et turcs. Jusqu'à maintenant, les États-Unis ont solidement soutenu Israël.

S'exprimant à bord d'Air Force One, le conseiller adjoint à la sécurité nationale Ben Rhodes a déclaré que la Maison-Blanche croyait qu'Israël «a le droit de se défendre» contre les attaques, et que les Israéliens prendront leurs propres décisions à propos de «leurs tactiques militaires et opérations».

Malgré la violente offensive, Israël a été incapable de faire cesser les tirs de roquettes en provenance de Gaza.

Selon l'armée israélienne, 160 de celles-ci ont été lancées vers l'État hébreux samedi, faisant grimper le total des fusées à environ 500 depuis le début des combats. Huit Israéliens, dont cinq civils, ont été légèrement blessés samedi, a dit l'armée.

Dans le sud de Gaza, des avions s'en sont pris aux tunnels utilisés par les militants pour introduire des armes et d'autres produits de contrebande à partir de l'Égypte. Des responsables des tunnels ont indiqué que l'intensité des bombardements était sans précédent, et que des explosions massives pouvaient être entendues à des kilomètres de là, en Égypte et à Gaza.

Les responsables des tunnels disent être incapables d'approcher de ceux-ci pour évaluer les dégâts, mais les explosions semblaient plus puissantes que lors de la dernière tentative israélienne de les détruire, il y a quatre ans.

Des attaques aériennes ont également détruit cinq transformateurs électriques, plongeant plus de 400 000 personnes dans le noir dans le petit territoire palestinien.

Israël a dit envisager une attaque au sol, un scénario qui rappellerait celui d'il y a quatre ans. Le Hamas avait alors été durement touché, mais a profité des années suivantes pour reprendre des forces et se réarmer.

Le ministre israélien de la Défense Éhoud Barak a autorisé le rappel de 75 000 réservistes en prévision d'une offensive terrestre. L'État hébreux a d'ailleurs amassé des milliers de soldats et des dizaines de chars et de véhicules blindés le long de la frontière au cours des derniers jours.