NOUVELLES
16/11/2012 05:21 EST | Actualisé 16/01/2013 05:12 EST

USA: le secrétaire au Trésor souhaite l'abrogation du plafond de la dette

Le secrétaire au Trésor des Etats-Unis, Timothy Geithner, a déclaré vendredi qu'il souhaitait voir abrogée la limite légale imposée par le Congrès à la dette publique américaine.

"Le plus tôt sera le mieux", a-t-il dit lors d'un entretien devant être diffusé dans la soirée sur la chaîne Bloomberg.

Le plafond de la dette publique "aurait dû être éliminé il y a longtemps", a déclaré M. Geithner, selon la transcription de cet entretien fournie par la chaîne.

M. Geithner, qui devrait quitter son poste dans les semaines qui viennent, a cependant estimé que la décision sur ce point relevait exclusivement du Congrès.

L'imposition d'une limite légale à la dette publique remonte à 1917 lorsque le Congrès a délégué au Trésor son pouvoir d'emprunter au nom de l'Etat fédéral afin de faciliter le financement de la participation des Etats-Unis à la Première guerre mondiale.

Remonté à de multiples reprises depuis lors, le plafond légal de la dette est fixé actuellement à 16.394 milliards de dollars. Le Trésor a indiqué fin octobre que ce seuil serait atteint en décembre.

Faute de relèvement de la limite, l'Etat pourra continuer de fonctionner pendant environ deux mois et demi, après quoi il se retrouvera en situation de défaut de paiement.

Le dernier relèvement de la limite légale de la dette avait donné lieu à une bataille politique entre démocrates et républicains et n'avait été obtenu qu'à la dernière minute, juste à temps pour éviter au Trésor de se retrouver en situation de défaut de paiement partiel.

Les atermoiements des élus avaient néanmoins valu aux Etats-Unis de perdre quelques jours plus tard leur "triple A", la meilleure note de solvabilité possible, auprès de l'agence d'évaluation financière Standard and Poor's, et avaient provoqué de graves tensions sur les marchés financiers mondiaux.

L'ancien président de la Fed Alan Greenspan a estimé le 7 novembre sur la chaîne Bloomberg que "la notion même de plafond de la dette n'avait aucun sens" puisqu'à partir du moment où le Congrès vote une loi, quelques calculs simples permettent d'en déterminer les effets sur l'endettement du pays.

mj/sl/bdx