NOUVELLES
16/11/2012 01:46 EST | Actualisé 16/01/2013 05:12 EST

Syrie: l'Europe pourrait lever l'embargo sur les armes pour aider les rebelles

LONDRES - Les leaders européens envisagent de mettre fin à leur embargo sur les ventes d'armes à la Syrie, a indiqué vendredi le ministre britannique des Affaires étrangères, William Hague.

M. Hague a rencontré, à Londres, le leader de la nouvelle Coalition nationale syrienne pour l'opposition et les forces révolutionnaires, Mouaz al-Khatib, mais a précisé que le Royaume-Uni n'imitera pas immédiatement la France qui a reconnu officiellement le groupe d'opposition comme étant le représentant du peuple syrien.

Des dirigeants des États-Unis, de la France, de l'Allemagne, du Qatar, de la Turquie et d'autres pays étaient eux aussi à Londres pour rencontrer le groupe, pour tenter d'identifier la meilleure aide à offrir aux opposants à Bachar al-Assad et pour inciter les insurgés à respecter les droits de la personne.

La question de l'embargo sur les armes devrait également être soulevée lundi, à l'occasion d'une rencontre des ministres européens des Affaires étrangères.

L'Union européenne interdit, depuis mai 2011, l'exportation vers la Syrie d'armes ou d'équipements qui pourraient servir à une répression interne. En juillet, le bloc de 27 pays a demandé à ses membres d'intercepter et de fouiller tout navire ou tout avion susceptible de transporter des armes vers la Syrie.

La France a évoqué la possibilité de fournir des armes défensives à la Syrie. Un dirigeant européen a toutefois convenu qu'il serait très difficile de s'assurer que les armes iraient aux rebelles sans tomber entre les mains du régime Assad.

Le Conseil de sécurité des Nations unies n'a pas encore imposé d'embargo sur les ventes d'armes à la Syrie, notamment en raison de la Russie et de la Chine qui s'opposent à l'adoption de mesures trop musclées.

Vendredi, le président russe Vladimir Poutine a prévenu la planète de réfléchir aux conséquences du départ éventuel de Bachar al-Assad, craignant que la Syrie ne plonge dans l'anarchie si les droits des différents groupes ethniques et religieux ne sont pas protégés.