NOUVELLES
16/11/2012 08:12 EST | Actualisé 16/01/2013 05:12 EST

Roquettes Fajr 5 contre Israël: un développement "significatif" (Hezbollah)

La capacité des groupes armés palestiniens à tirer contre Israël des roquettes Fajr 5, de fabrication iranienne, représente un développement "significatif" dans le conflit avec l'Etat hébreu, s'est félicité le chef du Hezbollah libanais.

"Le tir des roquettes Fajr 5 aujourd'hui sur Tel-Aviv démontre la maturité, la sagesse et la force, ainsi que le courage de la résistance palestinienne dans la bande de Gaza", a estimé Hassan Nasrallah dans un discours jeudi.

"C'est un développement significatif dans l'histoire du conflit entre la résistance et l'ennemi israélien", a jugé le chef du Hezbollah, dont les propos ont été publiés vendredi par l'agence officielle (ANI).

Israël mène une vaste offensive contre les groupes armés de la bande de Gaza, déclenchée avec l'assassinat d'Ahmad Jaabari, chef militaire du Hamas. L'offensive a fait depuis mercredi plus de 20 morts et de 200 blessés côté palestinien.

Les groupes palestiniens ont tiré de leur côté des dizaines de roquettes contre Israël, faisant trois morts. Trois de ces roquettes sont tombées jeudi et vendredi pour la première fois près de Tel-Aviv, provoquant la panique parmi les habitants.

La branche armée du Jihad islamique, les Brigades Al-Qods, a dit dans un communiqué jeudi "avoir bombardé Tel-Aviv avec une roquette Fajr 5", d'une portée maximale de 75 km.

Le chef de la puissante formation libanaise, qui avait mené une guerre contre Israël en 2006, a aussi affirmé que "l'ennemi israélien avait été surpris et forcé de reconnaître que sa capitale avait été frappée", en allusion à Tel-Aviv.

Selon les médias israéliens, c'est la première fois que l'agglomération de Tel-Aviv est touchée par des projectiles depuis les missiles Scud tirés par l'Irak en 1991.

Allié de l'Iran et de la Syrie, le chef du mouvement chiite a appelé les dirigeants arabes "à mettre de côté leurs divergences sur la question syrienne et de faire un effort pour stopper l'agression contre la bande de Gaza et protéger son peuple".

Selon lui, la seule chose qui peut changer l'équation, c'est que la Ligue arabe et l'Organisation de la coopération islamique (OCI) utilisent l'arme du pétrole pour pousser les Etats-Unis à faire pression sur Israël.

"Ce n'est pas seulement la bataille de Gaza, mais c'est une bataille dans laquelle nous sommes tous impliqués".

rd-am/sk/feb