NOUVELLES
16/11/2012 03:14 EST | Actualisé 16/01/2013 05:12 EST

Le pétrole finit en nette hausse à New York, porté par le Proche-Orient

Les prix du pétrole ont rebondi vendredi à New York, dans un marché s'inquiétant pour l'approvisionnement en brut avant le week-end alors que l'escalade des violences se poursuivait au Proche-Orient.

Le baril de référence pour livraison en décembre a avancé de 1,22 dollar à 86,67 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

Les cours du pétrole, qui avaient cédé la veille à la pression exercée par des craintes sur la demande dans un climat économique incertain, sont repartis en hausse à l'orée du week-end, tirés par la dégradation de la situation au Proche-Orient.

"Les risques d'une nouvelle escalade au cours du week-end alors que le marché sera fermé (ont poussé) les opérateurs à procéder à des achats" avant la fin de la séance, a noté John Kilduff, de Again Capital.

Vendredi, au troisième jour de l'offensive "Pilier de défense", l'armée israélienne a poursuivi ses raids aériens sur Gaza et a bloqué toutes les routes principales autour de l'enclave palestinienne.

Dans une nouvelle escalade, des combattants palestiniens à Gaza ont tiré vendredi des roquettes en direction de Jérusalem et Tel-Aviv, poussant Israël à mobiliser des dizaines de milliers de réservistes en prévision d'une éventuelle offensive terrestre contre l'enclave.

Au total, 28 Palestiniens ont péri dans quelque 500 raids israéliens, alors que trois Israéliens ont été tués par une roquette palestinienne dans le sud d'Israël, près de la bande de Gaza.

"Cela contribue à un sentiment généralisé de malaise dans la région", alors que des manifestations cette semaine en Jordanie contre la flambée des prix de l'énergie ont dégénéré en émeutes, et que l'Iran continuait à inquiéter, a résumé Andy Lipow, de Lipow Oil Associates.

En revanche, une explosion suivie d'un incendie sur une plateforme pétrolière américaine dans le Golfe du Mexique, au large de la Louisiane (sud), qui a fait neuf blessés et deux disparus, n'a eu que peu d'impact sur le marché, selon lui.

En effet, la plateforme ne pompait pas de pétrole au moment de l'explosion, et aucune fuite en mer n'a été constatée à ce stade par les gardes-côtes.

ppa/sl/bdx