NOUVELLES
16/11/2012 06:23 EST | Actualisé 16/01/2013 05:12 EST

Laval passera par des élections pour remplacer Gilles Vaillancourt

LAVAL, Qc - Le conseil municipal de Laval a finalement fait volte-face, vendredi, sur la question du choix du maire intérimaire à la suite de la démission de Gilles Vaillancourt, la semaine dernière.

Dans une déclaration transmise par voie de communiqué, Basile Angelopoulos, vice-président du comité exécutif de la troisième ville du Québec, a indiqué que le nouveau maire de Laval serait finalement choisi de façon démocratique lors d'un vote tenu la semaine prochaine.

M. Angelopoulos a par ailleurs mentionné qu'une séance spéciale du conseil aurait lieu lundi pour adopter les règles devant régir le processus d'élection, la période de mise en candidature et, s'il y a lieu, son échéance.

Nul doute que l'exemple de Montréal, où Michael Applebaum a été élu vendredi maire par intérim, aura poussé Laval à choisir elle aussi le chemin de la démocratie pour remplacer son maire démissionnaire. Une précédente annonce faisait plutôt état du «choix» d'un maire.

Contrairement à Montréal, où le départ de nombreux élus de la formation Union Montréal — que dirigeait l'ex-maire Gérald Tremblay —, a provoqué une perte de la majorité détenue par ce parti, le PRO des Lavallois est omniprésent au conseil municipal de Laval et ne doit donc pas y affronter d'opposition.

M. Angelopoulos dit également avoir finalement reçu l'assurance que le mandat du vérificateur spécial nommé par Québec respectait l'exercice des pouvoirs du maire et du conseil municipal.

Cette nomination représentait pourtant, il y a quelques jours à peine, une pomme de discorde entre le ministre des Affaires municipales Sylvain Gaudreault et le PRO des Lavallois, ce dernier disant vouloir attendre des éclaircissements sur le mandat du vérificateur avant d'aller de l'avant avec le choix d'un nouveau maire.