NOUVELLES
16/11/2012 12:35 EST | Actualisé 16/01/2013 05:12 EST

La fille de Jon Bon Jovi, victime d'une surdose, ne sera pas poursuivie

CLINTON, États-Unis - La fille du chanteur américain Jon Bon Jovi, vraisemblablement victime d'une surdose qui ne lui a pas été fatale, ne sera pas poursuivie pour possession de drogues, a déclaré jeudi soir le procureur Scott McNamara, du comté d'Oneida dans l'État américain de New York.

Stephanie Bongiovi, 19 ans, a été retrouvée inconsciente par les secours mercredi dans un dortoir du Hamilton College, vraisemblablement victime d'une surdose à l'héroïne. La police de la ville de Kirkland avait décidé de poursuivre la jeune fille et un autre étudiant, Ian Grant, pour possession d'héroïne et de cannabis.

Or selon la loi de l'État, une personne victime de surdose ou demandant de l'aide pour une victime de surdose ne peut pas être poursuivie pour avoir eu en sa possession une petite quantité de drogue.

Le but de cette «loi bon Samaritain 911», promulguée en juillet 2011 par le gouverneur de New York Andrew Cuomo, est de réduire le nombre de morts par surdose en encourageant les gens à appeler le numéro d'urgence 911 sans craindre d'être arrêté.

Le chanteur Jon Bon Jovi, 50 ans et père de quatre enfants, n'a pas commenté ce qui est arrivé à sa fille.