NOUVELLES
16/11/2012 08:48 EST | Actualisé 16/01/2013 05:12 EST

Des interrogations

Une absence de la compétition de 18 mois. Une chirurgie de reconstruction du genou. Une mauvaise performance à son dernier combat. Et un adversaire très coriace.

Le retour de Georges St-Pierre dans l'octogone dans le cadre du UFC 154 contre Carlos Condit soulève plusieurs interrogations. Le champion des poids mi-moyens de l'UFC est-il mûr pour passer la main? Ou la vedette montréalaise dispose-t-elle de trop d'atouts pour Condit?

« C'est un combat très dangereux pour Georges, un combat très très dangereux, a convenu le poids moyen Patrick « Le Prédateur » Côté. Mais je pense qu'il est préparé. »

Les preneurs aux livres semblent d'accord, eux qui ont fait de St-Pierre le favori à trois contre un.

Condit (28-5) a remporté le titre par intérim chez les 170 livres pendant la convalescence de St-Pierre, l'emportant face à Nick Diaz en février.

Professionnel depuis 10 ans, l'Américain de 28 ans est un ancien champion WEC qui a gagné 13 de ses 14 combats depuis juin 2006. On ne lui a jamais passé le K.O. et il a été contré à trois reprises, à chaque fois par soumission.

« C'est assurément un adversaire coriace, a déclaré Martin Kampmann, qui a été le dernier à battre Condit -- en 2009. Je ne pense pas que GSP va être capable de l'achever. Je pense que si GSP gagne, ce sera par décision, mais je peux certainement entrevoir Condit surprendre GSP avec quelque chose et terminer le combat. »

Condit est endurant physiquement et fort mentalement. En plus, il a montré lors de ces récents combats qu'il peut allier ces qualités.

Condit et St-Pierre font le poids

En après-midi vendredi, St-Pierre et Condit ont fait le poids en prévision de leur combat de championnat samedi soir dans le cadre du UFC 154.

St-Pierre a fait osciller la balance à 170 livres, tandis que Condit était à 169.

Condit, un Américain de 28 ans d'Albuquerque, a été accueilli par des huées et des cris d'encouragement pour GSP lorsqu'il s'est présenté, en premier, sur la scène d'une boîte de nuit montréalaise. St-Pierre, souriant, a ensuite grimpé sur l'estrade sous les applaudissements nourris de la foule.

Après avoir bu quelques gorgées d'eau, les deux combattants se sont serrés la main et ont ensuite posé, l'un en face de l'autre, sur le côté de la scène.