NOUVELLES
15/11/2012 11:47 EST | Actualisé 15/01/2013 05:12 EST

Twilight: Kristen Stewart et Robert Pattinson ne montrent plus les crocs

LOS ANGELES, États-Unis - Kristen Stewart et Robert Pattinson sont restés sagement assis, chacun dans le fauteuil d'une suite d'un grand hôtel de Los Angeles pour évoquer, sans se sauter au cou ni à la gorge, «Twilight — Chapitre 5: Révélation 2e partie», le dernier volet de la saga qui les a fait se rencontrer tant sur grand écran que dans la vraie vie.

La franchise Twilight a projeté les deux jeunes acteurs vers une célébrité à double tranchant. D'abord confrères à l'écran, les deux protagonistes aux dents longues sont devenus la coqueluche de toute une génération, dopée d'histoires fantastiques et d'«heroic fantasy», dont les nouveaux héros sont férus de sang frais mais ont parfois des accès d'empathie. Une qualité d'âme qui se ferait rare chez les vivants.

Sauf que la fiction a vite rejoint la réalité. Stewart et Pattinson ont formé en moins de temps qu'il ne faut pour le dire un vrai couple, mais en juillet dernier, Kristen Stewart reconnaissait avoir eu une relation avec un homme marié, Rupert Sanders, réalisateur de «Blanche-Neige et le chasseur», sorti en juin dernier et dans lequel elle jouait le rôle-titre.

Révérence

Alors que le tout dernier volet de la saga Twilight sort partout dans le monde, les deux stars de la fiction surnaturelle tirent leur révérence à la franchise qui les a sauvé de l'anonymat, mais pas des pages des magazines à potins.

Après des mois d'une idylle aux accents très hollywoodiens, les fans de la série vampiresque étaient tombés des nues quand, en juillet dernier, Kristen Stewart reconnaissait avoir eu une relation avec Rupert Sanders.

Réunis pour la promotion du dernier volet de Twilight à Los Angeles, et malgré ces hauts et ces bas, les deux protagonistes arrivent encore à terminer les phrases de l'autre, signe d'une complicité inoxydable. Ils reconnaissent aussi que la saga Twilight, débutée en 2008 sur les écrans, a transformé leur vie.

«Après le premier épisode, j'ai vite compris que j'arrivais dans un autre monde», explique Robert Pattinson, 26 ans. «Il faut dire qu'en plus, à ce stade de la vie, beaucoup de choses changent», nuance Kristen Stewart, 22 ans, qui a débuté sa carrière dans la série à l'âge de 17 ans.

Dommages collatéraux

Le succès rencontré par le couple n'a pas empêché qu'il se pose quelques questions. «C'est bizarre, car (le succès) fait qu'on a presque envie de se cacher, alors que c'est plutôt l'inverse qu'on recherche quand on fait ce métier, non?» s'interroge Robert Pattinson.

«Oui mais c'est ça qui fait de toi un acteur», tranche aussitôt Kristen Stewart, tout en reconnaissant qu'à l'instar de Pattinson, la célébrité l'a conduite mécaniquement à une forme de solitude et de repliement sur elle-même. «Et tout ça, même si, paradoxalement, l'attention qu'on nous porte va grandissant», renchérit Pattinson.

Car, explique le jeune acteur, le problème, c'est que «tout d'un coup notre monde, en fait, se rétrécit, comme sous l'impact d'un contraction massive», analyse-t-il. «En gros, les gens nous prennent pour des personnages d'une téléréalité qui serait diffusée 24 heures sur 24», ajoute-t-il, estimant être parfois dépossédé tout libre-arbitre.

Un point de vue que ne partage pas forcément Kristen Stewart. Si la jeune consoeur de Pattinson dit avoir fait tout son possible pour que les «Twilight» soient tous des succès, elle reconnaît qu'il peut y avoir quelques dommages collatéraux.

Mais il n'est pas de bon ton de se plaindre quand qu'on a accédé à la célébrité. D'ailleurs, «quoique on dise ou quoique on fasse, de toute façon cela paraîtra toujours louche», juge-t-elle.